PageEntete




Mes achats

  • Il n'y a pas de produit dans votre panier.

Mon compte




Vous êtes ici : Lettre d'information
Recherche

Lettre d'information


Si vous souhaitez recevoir les lettres d'information, veuillez saisir votre adresse mail et valider :

Adresse mail:

Si vous souhaitez ne plus recevoir les lettres d'information, veuillez saisir votre adresse mail et valider :

Adresse mail:
Soyons li(b)(v)res !31/10/2017

Amis lecteurs,

 

Notre dernière lettre d'information nous a valu du scepticisme : quelques-uns nous l'ont dit. Comme nous, certains d'entre vous sont perplexes à voir MonHélios suivre le mouvement et faire de la communication via facebook et twitter. Et pourtant… nous croyons vraiment qu'il le faut, même si nous n'avons pas du tout l'intention de nous laisser envahir par cette communication instantanée et rapide, d'avoir la tentation de faire de la culture au rabais ou jetable. Au passage de vos réactions, nous avons appris que "twit" en anglais voulait dire "crétin", hum effectivement… tout un programme !

 

Un de nos auteurs, assez imperméable à ces réseaux "sociaux" (!?), nous a envoyé une affiche produite par la Ligue des Droits de l'Homme de La Rochelle. Nous vous la recopions intégralement car nous pensons qu'il y a vraiment de quoi réfléchir et cela nous a inspiré le titre de cette lettre d'information.

 

"Quand vous ouvrez un livre"

"Quand vous ouvrez un livre…

– vous n'avez pas besoin d'identifiants,

– vous ne cochez pas de conditions générales d'utilisations incompréhensibles et longues comme un annuaire.

– aucun algorithme ne peut suivre votre lecture, vos habitudes de lecture, en extraire des données personnelles et les revendre à des tiers.

– aucun logiciel ne peut suivre vos réactions, savoir à qui vous offrez ou prêtez ce livre.

– aucune application ne peut vous interrompre et vous envoyer des messages publicitaires, politiques ou autres en rapport avec le contenu que vous lisez.

Plus que jamais, lire un livre est une liberté."

 

Oui, soyons li(b)(v)res ! 

 

Un été à travailler pour 9 livres parus en ce second semestre 2017. Des livres bien différents les uns des autres, pour tous les horizons et intérêts.

 

Les Pyrénées toujours à l'honneur

"Les Pyrénées, les mots pour les dire" de Daniel Rees (160 pages, 16 euros). Le titre ne suffit-il pas pour faire comprendre que c'est un cri d'amour à nos Pyrénées, celle d'un randonneur qui erre, été après été, sans but réel, qui goûte l'instant présent de solitude ou qui se fond dans la masse pour observer les autres, qui peste parfois, qui découvre toujours ? Quand on aime les Pyrénées, les Pyrénées ne laissent pas le randonneur indifférent, alors Daniel Rees nous dit ces coups de coeur comme ces coups de gueule.

 

"Arlet, au coeur du refuge" (96 p. tout en coul., 17 x 17 cm, 16 euros). Jean-Michel Dufraisse (27 ans de gardiennage de ce refuge), Dany Barraud (historien), Jean Lacazette et Damien Lemière (deux randonneurs chevronnés) ont pris leur plume pour parler du quotidien de ce refuge, de son histoire et vous marcher dans ce superbe site pyrénéen que constitue la vallée d'Aspe. Avec le soutien du Parc national des Pyrénées.

 

"Le Romantisme et les Pyrénées" de Jean Fourcassié (préfaces de Sylvain Fourcassié et de Louis Fourcassié, avant-propos de Françoise Besson, Université Jean-Jaurès (Toulouse). Edité en 1940, c'est un livre incontournable que tout érudit doit avoir dans sa bibliothèque et qu'il fallait absolument rendre à nouveau disponible. Avec lui, on touche du doigt l'émerveillement et l'engouement qu'ont suscité nos Pyrénées chez les Romantiques qui ont écrit sur elles de bien belles pages, pour ne pas dire les plus belles pages (360 p., 16 x 24 cm, ill. en noir et blanc, 35 euros).

 

Incursion en territoire (in)connu

Depuis longtemps, MonHélios est régulièrement sollicité pour publier des livres pour enfants. L'envie ne manquait pas mais raisonnablement nous disions non… la littérature pour enfants est un autre domaine de l'édition, exigeant, pas simple dont nous ignorions tout des codes. Anne Lavielle, auteur du texte, et Danièle Gay, illustratrice, nous ont pourtant fait changer d'avis. Pourquoi ce revirement ? Parce qu'il s'agit d'un conte béarnais (aspois) et basque, très connu, revisité de manière moderne. Mais aussi parce que cette vallée d'Aspe est un peu "le" territoire premier de la maison d'édition qui a de nombreux lives à son catalogue… Quitte à explorer ce domaine de l'édition que nous nous interdisions, autant l'aborder avec un thème aspois ! Anne Lavielle, Danièle Gay et moi-même avons beaucoup travaillé, vu et revu notre copie mais une fois le livre fini, ben… votre verdict est attendu ! "Jaunagorri, le seigneur de l'Anie" (32 p. tout en coul., 17 x 17 cm, 9 euros, à partir de 6 ans).

 

 

Témoignages

Il a été enrôlé en 1914, il est monté et remonté au front. Il a eu des gestes de bravoure envers ses camarades et puis, un jour de 1917, à l'énième ordre d'aller au front, il a dit non. Refus à l'autorité ! Jean-Louis Lasplacettes, Aspois d'Aydius, sera fusillé "pour l'exemple" un jour de juin 1917. Ces mutineries de 1917 dont l'histoire nationale a voulu cacher l'existence, mettant sur ces désobéissants une chape de silence qui (les) condamnait. Martine Lacout-Loustalet, petite-nièce de ce poilu, a découvert voici une vingtaine d'années que ce grand-oncle n'était pas "mort à Verdun" comme on le disait dans sa famille, avec gêne. Commençait alors pour elle un long parcours mémoriel pour comprendre, pour faire admettre la réalité, pour écrire sur une vérité dérangeante. Non, Jean-Louis Lasplacettes n'était pas un lâche ! "Il est mort à Verdun" de Martine Lacout-Loustalet (64 p., ill. en noir et blanc, 14 x 22 cm, 12 euros).

 

Plus léger. Louis Gazo a coulé des jours heureux dans les années 1960 au pied du Binet à Oloron-Sainte-Marie. La vie professionnelle l'a éloigné des Pyrénées mais il a gardé des souvenirs forts de cette enfance et de cette jeunesse dans cette sous-préfecture pyrénéenne. Avec des mots simples, il évoque la vie d'alors, les copains de l'école Saint-Cricq, la première voiture qui permettra d'aller au bord de la mer, la télévision qui entre dans les maisons, la machine à laver qui facilite la vie. La France de 1960 entre dans la modernité tandis que le petit Loulou grandit au rythme de la Saint-Grat, du marché hebdomadaire, des baignades dans le Vert ou des parties de pêche à la mouche. "Les enfants du Binet" de Louis Gazo (96 p., ill en noir et blanc, 14 x 22 cm, 15 euros).

 

A lire au coin du feu en hiver ou à l'ombre d'un arbre au printemps ou l'été prochain

Premier roman pour Régine Péhau-Gerbet qui recourt donc à la fiction pour faire vivre les ouvriers dont elle a décrit l'existence dans "Le Transpyrénéen en vallée d'Aspe", ouvrage d'histoire sur la construction de cette ligne Pau-Canfranc qui ne permet pas des digressions. Le roman : Anna, jeune institutrice venu de la ville, est nommée en septembre 1911 aux Forges d'Abel… cette jeune femme pleine de conviction prend à coeur sa mission d'instruire les petites filles, de leur apprendre à lire et écrire, sésames pour une vie meilleure. La vie est rude dans ce coin de vallée d'Aspe. À la fin du livre, on abandonne Anna à regret tant est attachante "La Maîtresse des Forges" (256 p., 14 x 22 cm, 19 euros).

 

Pierre Castillou évoque lui aussi l'émigration. A partir d'un fait divers, il nous transporte du Pays basque en Argentine, où beaucoup sont partis chercher un monde qu'ils pensaient meilleur. Ecriture haletante, fiction pleine de rebondissements basée sur une documentation sûre, l'histoire de cette fratrie se lit avec plaisir sur fond de tango argentin. "Les frères Celhay" de Pierre Castillou  (256 p., 14 x 22 cm, 19 euros). Une particularité dans ce roman : des illustrations accompagnent l'écrit.

 

Une réédition enfin. Une découverte-lecture coup de coeur ! "Tu t'en vas, ô mon pays" de Lucien Latapie est un texte beau, pur. Roman court, écrit d'une plume habile. Cet avocat, qui sera maire deLourdes, publie dans les années 1930 cet ouvrage qui parle du monde paysan, de ce monde qui change, de cette transmission des terres qui devient impossible car les jeunes sont attirés par la ville et des conditions de vie qui semblent moins rudes. Espoir et désespoir d'un père. Une guerre 14-18 qui battra définitivement les cartes. "Tu t'en vas, ô mon pays" de Lucien Latapie (128 p., 14 x 22 cm, 15 euros).

 

 

Voilà, nous sommes arrivés au bout du programme éditorial 2017. Comme l'ours qui va rentrer dans sa "tute", les marmottes qui passent l'hiver dans leur terrier (mais je me verrai bien "grue" pour rester au soleil !), MonHélios entre en hibernation et, au chaud, prépare les nouveautés de 2018… tout en soufflant un peu !

 

Trois adresses pour nous suivre 

 

http://monhelios.com - le site… nous travaillons à le faire évoluer (enfin, il est plus exact de dire le webmaster travaille à le faire évoluer !)… ça vient !

 

et pour suivre l'actualité de Monhélios, les salons, les dédicaces… rendez-vous sur twitter

https://twitter.com/monhelios

ou sur facebook

https://www.facebook.com/edition.monhelios

 

Bonnes lectures.
Bien à vous tous,

 

DT.

Facebook, Twitter21/10/2017
Amis lecteurs,
 
Voilà longtemps que Monhélios ne vous avait pas donné de nouvelles. Ben, impossible de tout faire : papoter avec vous (ce que je fais avec plaisir pourtant) et, en même temps, travailler d'arrache-pied pour la sortie des livres.
Dans quelques jours, je vous ferai une plus longue lettre d'information en vous présentant rapidement les 9 nouveautés de cet automne : 3 par mois. Il y en a pour tous les goûts. Vous verrez alors qu’il y a eu beaucoup de pain sur la planche cet été.
 
L'objet de cette lettre est autre. Bien plus dans le vent que moi, certains de mes auteurs me disaient depuis longtemps qu'il serait bien que MonHélios ait un compte facebook et twitter, que c'était un moyen de communication utile et surtout un relais ponctuel et très dynamique d'information. 
 
C'est ce dernier point qui m'a convaincu à franchir le pas d’être sur les réseaux sociaux.
 
Dire le dynamisme de mes auteurs, aider l’organisateur de la manifestation en faisant savoir, voilà qui me semble pertinent. Quand un auteur signe dans une librairie parisienne, une libraire perpignanaise, en tout cas loin de Pau port d‘attache de la maison d’édition, qui le sait parmi vous ? Vous, lecteurs, êtes de partout. Votre point commun est d’aimer les Pyrénées. Parfois certains me disent se sentir un peu exclus de cette fraternité qui nous unit car loin. Mais en fait pas si sûr que vous soyez si éloigné que cela, MonHélios aime venir à la rencontre de ses lecteurs et les auteurs ne sont pas tous pyrénéens !
 
Voilà trois semaines maintenant que MonHélios a donc un compte tweeter
@monhelios
Il paraît que ça suffit mais je vous donne l’info en entier, faites un copier-coller SVP :
 
La maison a aussi un compte facebook
@edition.monhelios
Là encore pour les plus calés d’entre vous l’information suffit, mais si tel n’est pas le cas, voici la forme développée à recopier :https://facebook.com/edition.monhelios/
 
Je vous l’ai caché jusqu’à présent pour apprendre l’utilisationde ces deux "machins"... Pour l’heure, je n’ai pas tout compris, ça reste assez nébuleux mais bon... ça va venir probablement ! Ce que je comprends en tout cas, c’est que depuis trois semaines certains d’entre vous m’ont déjà trouvé et repéré... Comment avez-vous fait ? Pour moi, au jour d’aujourd’hui ça reste un grand mystère ! Mais c’est très bien... et merci à vous !
 
Donc, voilà... Quand MonHélios aura une information ponctuelle à faire passer, une séance dédicace ou une nouveauté, bref quand Monhélios aura quelque chose à dire (et la maison d’édition n’a pas tous les jours quelque chose à dire), elle utilisera ces deux réseaux sociaux. Oh pour sûr je ne vais pas vous inonder de messages ni quotidiennement, ni hebdomadairement... parfois oui mais il y aura aussi de longues périodes de silence... quand je n’ai rien à dire ! Bavasser n’est pas le genre de la maison d’édition !
 
À bientôt pour une nouvelle lettre d’information, une bonne vieille lettre d’information !
Pyrénéennement vôtre !

DT.
En selle !17/5/2017
Amis du livre et des Pyrénées, un cordial bonjour,
 
Voilà sept mois que je ne vous ai pas fait une petite lettre d'information. Quelques-uns d'entre vous me l'ont reproché ! « Que devient MonHélios ? Pas de souci, j'espère. » « J'apprécie votre lettre d'information, est-il normal que je ne reçoive plus rien ? »
Rassurez-vous, tout va bien. MonHélios est une petite maison d'édition tranquille qui, je l'espère, a la durée devant elle. L'année 2016 fut une bonne année, 2017 est beaucoup plus compliquée mais il fallait s'y attendre : les périodes électorales freinent les envies, alors Monhélios fait le gros dos !
Il y a juste que celle qui tape cette lettre d'information connaît un passage à vide... Peut-être parce que ce n'est pas simple de porter à bras le corps avec envie et passion cette maison d'édition, depuis quinze ans, en restant soi-même et en essayant de donner une âme à ce qui sort. Alors, quand on est fatigué, aucun se taire : se plaindre n'est pas mon truc. Fallait attendre que l'envie de papoter avec vous revienne car il faut être sincère dans ses propos, vrai, naturel, sinon à quoi bon chercher à avancer en faisant semblant.


À vélo !
Christophe Cablat, le petit dernier parmi les auteurs, est celui qui m'a inspiré le titre de cette lettre d'information. Si je pédalais dans la choucroute intellectuellement, il a tout fait pour me remettre en selle avec son envie, sa passion pour le vélo. J'en ai fait des kilomètres avec lui par la pensée en mettant en pages ces 60 sorties cyclotouristes en Béarn et en Bigorre ! Il m'en a fait monter des grimpettes et baver dans les cols pour le suivre dans ses pérégrinations ! Bref, il a réussi à faire que mon vélo remisé depuis des années dans un coin du garage, j'ai bien envie de le ressortir quand la maison d'édition me laissera un peu de temps libre pour aller vivre sur le terrain ce que j'ai vécu avec lui par procuration ! « À vélo dans les Pyrénées occidentales » de Christophe Cablat, 18 euros.
Toujours avec le même auteur qui nous donne son éclairage sur un texte ancien bien sympathique… « Pyrénées à bicyclette ». Venu de Tours, Briault, un prof de la fin du 19e siècle, profite de ses vacances pour traverser la France. Arrivé par Aire-sur l'Adour, il découvre la montagne pyrénéenne et son col d'anthologie : le Tourmalet qu'il grimpe : un exploit ! « Pyrénées à bicyclette » de Briault, 12 euros.

 
La collection Flocons continue
En plus de l'ouvrage de Briault, cinq autres titres viennent compléter cette nouvelle série de Flocons, troisième du nom, ces petits textes forts et puissants que nous faisons revivre avec le concours d'érudits.
« Bos de Bénac, légende » de Madame de Montpezat. A notre connaissance, la première mise en forme écrite de cette légende bigourdane. Commentée par Jacques Brau. 7 euros.
« Mes grottes du Vignemale » de Henry Russell. Pas besoin d'en dire plus, n'est-ce pas ? Préfacé par Monique Dollin du Fresnel. 7 euros.
« Le Lac du Marboré » de Louis Lebondidier. Et si dans l'entre-deux-guerres on avait creusé un lac artificiel à Gavarnie et remodelé de fait le paysage du cirque ? Le projet a existé et a été dans les cartons ! Avec les explications de Pierre Debofle. 8 euros.
« Gavarnie, Héas, Pic du Midi, Montagnes maudites, Ossau, lac Bleu » de Léon Dufour. Un titre à rallonge pour rassembler des excursions de ce naturaliste de la première moitié du 19e siècle qui s'émerveille de la beauté des Pyrénées tout en herborisant. Présentation de Jean-Paul Grao. 11 euros.
« Cauterets » de Camille Braylens. Sous-titré « croquis pyrénéens », ce court texte retrace les grandes heures de Cauterets au 19e siècle. Avant-propos de Marie-Paule Mengelle. 7 euros.

 
Proverbes, vous avez dit proverbes ?
Rien de tel pour connaître un terroir et ses habitants que de connaître ses proverbes toujours révélateurs de comportements sociaux. Au début du 20e siècle, Jean-Pierre Rondou a collecté 850 «  Proverbes, dictons et devinettes en pays de Barèges ». Absolument savoureux. Edition commentée par Francis Beigbeder, 19 euros.

 
Le roman de l'été
Loup Durand, aujourd'hui disparu, présenté par Bernard Pivot comme le nègre de Paul-Loup Sulitzer, a été un auteur de best-sellers dans les années 1970-1990. En 1982, il signe pour les éditions Denoël, « La porte de Kercabanac » qui deviendra très vite très connu par son sous-titre « Les cavaliers aux yeux verts ». L'histoire se passe en Ariège à la fin du 19e siècle. Exode d'un village… Je n'en dirai pas plus. Si ce n'est remercier les éditions Denoël et le fils de Loup Durand, d'avoir permis la réédition de ce livre qui fut jadis porté à l'écran. « La porte de Kercabanac, les cavaliers aux yeux verts », 20 euros.
 

Enfin, un petit dernier pour la route
Ici je ne m'étendrai pas. Pour la troisième fois depuis l'édition du centenaire de 2009, MonHélios est « condamné » (?!) à ressortir « Souvenirs d 'un montagnard » de Henry Russell. Si ce livre n'est pas un incontournable... 35 euros.
 
 
Voilà, voilà. Nous travaillons déjà à la deuxième partie de l'année où les livres vont sortir par salve de trois livres en septembre, octobre et novembre. Si vous êtes curieux de savoir ce qui se trame, rendez-vous sur le site internet (www.monhelios.com), vous verrez apparaître les nouveautés... vous descendez toute la liste et vous trouverez les titres à venir mais vous en serez quitte pour un pêché de gourmandise a priori, car il vous faudra ensuite attendre...
Très bel été à tous.
 
Une fin d'année en fanfare4/11/2016
Amis du livre bonjour,
 
Une courte lettre pour vous donner un ensemble de rendez-vous.
 
MonHélios fête ses 15 ans cette année.
 
15 ans, 170 titres au catalogue, tous ayant trait aux Pyrénées, tous imprimés en France et, depuis 7 ans maintenant (l’âge de raison), un imprimeur attitré, France-Quercy, un imprimeur du Lot, fournisseur certes mais aussi partenaire de la maison d’édition car nous avons tissé des liens amicaux au fil des paris éditoriaux pris !
 
15 ans à être défendu mordicus par un diffuseur : Rando devenu Cap Diffusion. Merci aux représentants qui ont fait apprendre aux libraires le nom de MonHélios, merci à ces professionnels du livre de les écouter, de mettre en valeur les ouvrages reçus, de les faire vivre, souvent avec passion, en vous les faisant connaître.
 
15 ans à aller aussi à votre rencontre sur le terrain. La maison d’édition et ses auteurs... Rencontrer les lecteurs, un réel plaisir... en aucun cas, nous ne venons vous « affronter » car sans être sûrs de nous, nous savons que nous avons travaillé de notre mieux et en respect de vous... alors vous rencontrer, c’est une occasion d’échanger. Nous sommes sereins !


12 novembre, Luz-Saint-Sauveur (Maison de la vallée)
15 ans. Il fallait mettre l’accent sur un livre. Ce livre-phare est « Paysans d’altitude » de Philippe Dumoulin, un livre de photographies sur les hommes qui vivent en (et de la) montagne. Un livre tendre, humaniste. À ce propos, le Parc national des Pyrénées et les éditions MonHélios, avec le partenariat actif de l’association "Montagnes, cultures et avenir" ont le plaisir de vous inviter à venir rencontrer Philippe Dumoulin autour de son livre. Exposition et diaporama. Rendez-vous à la Maison de la Vallée de Luz-Saint-Sauveur, le samedi 12 novembre de 15 à 17 h. Pas de souci, les Toys qui ont peur que des cailloux leur (et nous !) tombent sur la tête sont en train de mettre des filets de protection sur la route... qui est ouverte le week end !
 

18-20 novembre, Pau (Palais Beaumont)
Cette belle manifestation passée, rendez-vous aux « Idées mènent le monde », Palais Beaumont à Pau les 18-20 novembre (vendredi 14 h-22 h, samedi 10 h-20 h, dimanche 10 h-19 h). Rendez-vous incontournable où vous pourrez rencontrer les petits derniers (comprenez la plupart des auteurs de cette année) et ceux qui ont l’expérience de salons mais qui reviennent avec plaisir car il est toujours intéressant de rencontrer les lecteurs. Cqfd.


26 novembre, Bourg-de Bigorre (65), Seysses (31), Prades (66)
Samedi 26 novembre. Trois auteurs vous donnent rendez-vous (j’espère que je n’en oublie pas, sinon je vais me faire tirer les oreilles)... À eux trois, ils couvrent la chaîne...
Jacques Brau vous attend à l’école de Bourg-de-Bigorre (65) à partir de 10 h 30 pour une présentation de son livre « D’Aure et de Baronnies, les contes de l’estaret ».
En Haute-Garonne, au salon de Seysses (10 h-19 h), Christian Partinico sera à vouloir partager ses randonnées en groupe ou en solitaire (ouvrage « Suivez-moi dans les Pyrénées ».
Toute la journée de ce samedi 26, plus à l’est, dans les Pyrénées-Orientales, au Super-U de Prades, Daniel Rees, l’écrivain baroudeur (9 traversées des Pyrénées à son actif) échangera avec vous autour de « Pyrénées, escales buissonnières ».
Ca s’appelle dy-na-mis-me !
 
4 décembre, Rébénacq (64)
4 décembre de 10 h à 18 h, MonHélios participera au salon de Noël de Rébénacq, jolie bastide béarnaise qui a tendu la main à MonHélios. Je vous parlerai de nouveau de cette cité dans une prochaine lettre d’information, lettre qu’il me tient à coeur d’écrire mais c'est trop tôt pour vous la faire parvenir.


9-11 décembre, Pau (foire exposition)
10 décembre, Argelès-Gazost (Les Terrasses) et Ibos (Méridien)
Du 9 au 11 décembre, MonHélios aura un stand au salon Asphodèles à la foire exposition de Pau... Monhélios qui fera preuve d’ubiquité puisque le 10 décembre, la maison d’édition vous donne rendez-vous Aux Terrasses à Argelès-Gazost pour un premier salon du livre de Noël (10-19 h). Merci à mes amis, Françoise et Philippe, qui assureront la bonne marche du stand à Pau pendant ce temps ! 
Ce même samedi 10 décembre au Méridien d’Ibos (15h-18 h), Michel Mahler vous parlera de « Pubs au volant », il est intarrisable sur ces publicités murales des bords de route.
 
Ouf, ensuite, stop ! Halte aux cadences infernales ! Droit de souffler ! Faut savoir se préserver aussi un peu... il faut tenir la distance : tenir 15 ans de plus ! Et puis, il faut travailler au programe éditorial 2017...

A bientôt. Bien à vous tous,

DT.
15, un chiffre clé13/10/2016
« Paysans d’altitude », le livre-phare des 15 ans de MonHélios
Philippe Dumoulin était dans les années 1950 rugbyman, flanqué le plus souvent de ce numéro fétiche. Mais cet instituteur a une autre passion, un amour invétéré pour la photographie. « Un bon photographe est celui qui est capable de représenter la réalité objective, mais aussi et surtout de traduire les sensations et les émotions ressenties au moment de déclencher » (D. Duchemin, photographe canadien actuel). Alors bon photographe, Philippe Dumoulin ? Non… "excellent" est le qualificatif qui convient mieux  ! Banal de photographier des faucheurs, des faneurs, des éleveurs sur fond de cirque de Gavarnie, banal de faire des portraits de ces femmes et de ces hommes à la vie rude, banal de montrer cette économie montagnarde… Un ensemble de banalités ? Oh que non ! Sur vingt ans, des années 1960 aux années 1980, Philippe Dumoulin fait œuvre photographique (fichtre, qu'elles sont belles ses photos, esthétiques) mais aussi fait œuvre historique emprisonnant avec l’image des tranches de vie, des techniques ancestrales, il montre l’évolution de la montagne vers la modernité, vers un peu plus de confort pour ses habitants, il nous fait regarder notre montagne d’aujourd’hui. Livre événement, livre cadeau assurément. Coédité avec le Parc national des Pyrénées. Pour en savoir plus, SVP, cliquez là :
 
Chemin faisant
Petit livre sympa, clin d’œil… « Pubs au volant » de Michel Mahler. L’an dernier avec son complice Pierre Duffour, Michel Mahler nous mettait dans une voiture et nous invitait à parcourir l’intégralité de la « RN 117 » entre Atlantique et Méditerranée. Avec « Pubs au volant », il récidive, cette fois tout seul, et nous emmène par monts et par vaux dans la région à la recherche des réclames peintes sur les murs des maisons dans les années 1950-1960. Dubonnet, Izarra… gloups, voilà des publicités impossibles de nos jours mais qui ont marqué bien des générations d’automobilistes. Alors, en route pour une chasse aux enseignes. Pour en savoir plus :
 
Et si on prenait de la hauteur ?
Livre coup de cœur de la maison d’édition celui-là, « Pyrénées, escales buissonnières » de Daniel Rees. L’auteur parcourt inlassablement, au gré de ses fantaisies, les Pyrénées. Vivant au pied du Canigou, c’est son point de départ pour aller dans une belle errance jusqu’au pic d’Anie. Seul, avec un matériel léger, sans recherche d’exploit, au rythme lent de ses pas. Un livre tout en réflexion où l’auteur avoue faire le condensé de neuf traversées des Pyrénées. Ceux qui connaissent les lieux traversés revivront par ses yeux des instants de pure féérie, ceux qui ne connaissent pas rêveront de cette montagne si bien décrite. Pour en savoir plus :
 
Se remémorer de belles randos
Christian Partinico est tombé jeune adulte dans la marmite des Pyrénées. Coup de foudre immédiat et indestructible. Seul (rarement), en famille (assez souvent), avec des groupes de randonnées qu’il entraîne avec lui (fréquemment), il aime à arpenter à la journée les Pyrénées. Récits des grands classiques de la rando entre Ariège et Hautes-Pyrénées, mais aussi quelques balades moins fréquentées. Les enthousiasmes de Christian Partinico sur la faune, la flore, son enchantement devant des paysages, à fréquenter les rives d’un lac sont en fait aussi finalement les nôtres… Quelques savoureuses anecdotes au passage. Au final, une envie irrépressible de le suivre… ça tombe bien, c’est tout bonnement le titre de son livre : « Suivez-moi dans les Pyrénées ». Pour en savoir plus : 
http://www.monhelios.com/?fond=produit&id_produit=239&id_rubrique=14

Quand souffle l’estaret
Jacques Brau est un érudit, passionné d’histoire. Il nous l’avait montré dans « Pays des Nestes et de Comminges des origines à nos jours » il y a deux ans. Dans son second livre « D’Aure et de Baronnies : les contes de l’estaret », il a choisi d’écrire des contes. Ouvrage moins sérieux que le précédent ? Que nenni ! Il y a conte et... conte ! Un de ses récits nous fait partir au temps des mammouths, il y a 200 000 ans, un autre nous raconte une transhumance il y a 4 500 ans, une autre encore nous fait croiser un pèlerin il y a 800 ans ou des loups il y a 300 ans… Bref 14 contes racontés avec brio par Jacques Brau mais 14 points d’histoire locale ainsi revisités à la clé. Faire retenir des faits ou des lieux d’histoire par le biais de contes anodins, quelle riche idée ! Ah que nous aurions aimé fréquenter la classe de l’instituteur Jacques Brau quand il « sévissait ». Pour sûr, cet auteur sait transmettre son érudition ! Pour en savoir plus :
 
 
Cauterets, entre beaux hôtels et maisons cossues
Jacques Journel est un amoureux de Cauterets. Venu avec les siens pour y faire des cures thermales, il a fini par acheter un pied-à-terre et y vient aussi souvent que son emploi du temps de… retraité le lui permet ! Paru en 2008, son livre paraît de nouveau le 21 novembre prochain. Entre les deux éditions, des petits toilettages de texte et des photos refaites car Cauterets est une ville vivante où rien n’est figé, une cité qui se rénove et qui cherche toujours à s’embellir. Pour en savoir plus :
 
 
Prochaine lettre d’information dans quelques semaines avant de rentrer en hibernation et de revenir au printemps !
Merci à vous de votre attention.
 
DT.

Vive le printemps !11/5/2016
Amis des Pyrénées et du livre, un cordial bonjour
 
Nous avons presque eu envie de sortir plus tôt de notre tanière cet hiver, tellement le temps fut doux. Ce qui réjouit les uns déçoit pourtant bien les autres. La neige absente, c'est toute une activité économique liée à la glisse et à la saison hivernale qui en pâtit. Les Pyrénées que nous aimons sont un tout, elles sont un décor, une économie, une terre où les hommes vivent.
 
Quand le progrès permet le partage et la transmisison des connaissances
En fin d'année, « les Idées mènent le monde » (salon du livre) de Pau vont développer le thème du progrès. Vaste sujet. Pour l'érudition, il y a des bienfaits aux avancées technologiques. Il n'y a pas si longtemps, le savoir se partageait mal. Certes l'école offre des clés en formant, mais il faut souvent poursuivre, voire  revenir parfois. Combien sommes-nous à nous dire que nous explorerons à la retraite ce qui nous intéresse secrètement ? Frein au partage de la connaissance parfois est la rareté d'un livre. Il est des textes révélateurs d'un moment d'histoire, d'un aspect d'une question, qui peuvent nous renseigner utilement, être une bouffée d'oxygène en nous donnant quelques éléments de compréhension. Un érudit, quand il en a connaissance, tente alors de partager  son savoir. Il le fait bien souvent pour ses pairs ou qu'il juge comme tels. La lecture de revues savantes, spécialisées et qui font autorité est en cela intéressante car elles sont celles qui peuvent donner quelques bonnes pistes à suivre. La revue Pyrénées, le Bulletin de la Société Ramond, la Revue de Comminges, Lavedan et Pays Toy de la Société d'Etudes des Sept Vallées, le Bulletin de la Société des Sciences, Lettres et Arts de Pau et du Béarn sont en cela des revues que nous lisons attentivement et qui sont pour nous de véritables outils de travail et de réflexion. Revues très méritoires, car animées avec conviction et force par des bénévoles. Revues essentielles, car à côté de signatures éprouvées, elles peuvent de manière dynamique déplacer un peu les lignes (les signatures éprouvées ayant tendance à tourner en rond) en attirant des jeunes auteurs qui renouvellent les sujets (ce que fait aussi MonHélios en tapant dans la fourmilière du convenu avec des auteurs qui signent leurs premiers livres et qui ont des approches nouvelles).
L'impression numérique (une forme d'impression à bas coût) a permis de multiplier les livres. Ce type de livre à la demande (pas de stock) a son intérêt d'autant qu'il y a internet pour relais : cette bibliothèque virtuelle existante accessible peut quasiment répondre à toute curiosité. En quelques clics vous avez la possibilité de lire un livre dont il n'existe plus que quelques exemplaires. Vous pouvez le télécharger, vous en faire un jeu de photocopies ou pas, vous le faire imprimer sous forme de livre... et le trouver chez un éditeur à un prix raisonnable. Hachette-BNF est cela. 65 000 titres anciens sont aujourd’hui disponibles à la vente et le catalogue doit rapidement s’enrichir jusqu’à 80 000 ouvrages parmi les 200 000 accessibles sur Gallica. 
MonHélios se réjouit vraiment de cette possibilité, même si nous avons une crainte, devant cette alliance BnF avec le mastodonte de l'édition française Hachette, de voir réduire la culture à une espèce de fast-food, où de la consommation hâtive, il ne reste rien. Trop d'informations nuit à l'information. 
Ce constat que nous faisons à tort ou à raison nous fait vous expliquer un point de départ de la maison d'édition dans sa politique de réédition de textes et évoquer par là-même les 6 petits titres de la collection « Flocons » que nous venons de sortir : « Escapades dans les Pyrénées d'un homme sérieux » d'Armengaud, « Gastronomie en montagne » d'Edmond Richardin, « Art du bien manger en Béarn » du même Richardin, « Lavinia » de George Sand, « le Géant Yéous » de la même Sand et enfin « Bagnères-de-Bigorre » de Laspales. Tous ces textes sont accessibles sur internet, plus ou moins facilement. Alors pourquoi rééditer ? La réponse est dans la publication parue. Depuis toujours, MonHélios pense qu'il faut donner aux lecteurs que vous êtes des éléments d'accompagnement, vous justifier nos choix, vous mettre les textes en perspective et ne pas les éditer sous une forme brute. Ces clés de bonne compréhension, Dany Barraud, Bernard Coudouy, Philippe Couture, Pierre Debofle, feu Jean Fourcassié, Gérard Raynaud pour cette seconde série de Flocons vous les donnent et nous les remercions pour ce partage de leur érudition. Munis de ces précieux sésames, les titres gagnent en pertinence et en force.
 
Quatre autres titres viennent de paraître. Deux titres classés en « Histoire des Pyrénées », un livre d'histoire et un roman.
« Les Posets inconnus », deux carnets d’ Henri et Roger Brulle. Voici un ouvrage qui ravira les vrais amoureux du livre et des Pyrénées. Là, avant, c'est une belle histoire de partage, le résultat d'une volonté de faire connaître et de transmettre du propriétaire des dits carnets à nous tous passionnés par les Pyrénées. Nous n'en dirons pas plus pour vous laisser tout au plaisir de la découverte.
Jean-Paul Grao continue et termine son exploration des Pyrénées de la fin du XVIIIe siècle dans « Deux savants dans les Pyrénées », faisant un portrait croisé de Ramond de Carbonnières et de Henri Reboul, homme de science  oublié qu'il a révélé dans un livre précédent.
 
« A moi, mousquetaires ! » Qu'on le veuille ou pas, Alexandre Dumas a beaucoup fait pour populariser ce  corps de la maison militaire du roi de France. En Béarn, Porthos, Aramis, Tréville sont des noms du cru qui résonnent particulièrement dans nos oreilles. Catherine Rivault, passionnée par le sujet depuis une vingtaine d'années, a pris la plume pour faire un point des connaissances sur le sujet et tordre le cou au passage à quelques contre-vérités que nous a mis en tête le sieur Dumas. Bref, tout ce que vous avez voulu savoir sur les mousquetaires sans jamais avoir osé le demander, tel est l'objet du livre, court mais précis, écrit d'une écriture alerte par une auteure qui a vraiment envie de vous faire partager son savoir.
 
« Martin gagne ton pain ! », ce roman de Sylvain Fourcassié racontant le parcours d'un montreur d'ours ariégeois devenu directeur d'un cirque au Brésil a connu un très grand succès à sa sortie en 1987 aux éditions Jean-Claude Lattès. Merci à son auteur de nous avoir permis de lui redonner vie. Il est un de ces livres de littérature qui fait la richesse de nos Pyrénées dont le passé peut inspirer un livre de fiction. Derrière il y a une sociologie, des hommes... bref la vie !
 
Bonnes lectures à tous. A bientôt.
 
DT.
 
Mon premier est un biscuit apéritif bien connu, mon second accompagne une bonne soupe de poisson, mon tout est la troisième nouveauté MonHélios !30/10/2015
Amis des Pyrénées bonjour,
 
Pour MonHélios, l'année éditoriale se termine avec cette dernière salve de 3 livres qui sont autant de respirations, de bols d'air, d'incitations à aller sur le terrain après avoir passé un bon moment au coin du feu à découvrir ou redécouvrir les lieux décrits.
 
QUÊTE DU SILENCE EN ARAGON
Pierre Castillou connaît l'Aragon comme sa poche. Cet inconditionnel de ce versant sud des Pyrénées a retenu 60 ermitages dont il veut nous faire partager les beautés. Photos, mais aussi aquarelles (car le bougre a une fibre artistique affirmée et de talent), Pierre Castillou a imaginé un guide pour nous inciter à découvrir ou redécouvrir ces ermitages souvent perchés, nichés dans des lieux isolés. Il nous donne les clés de sa passion pour ces sites dont il veut nous voir pousser les portes. Un livre qui n'est pas un simple guide mais un beau livre. Le Haut-Aragon et ses ermitages, 168 pages tout en couleur, format 22 x 22 cm avec couverture à rabat, 29 euros. À découvrir, ne serait-ce que pour le plaisir des yeux et pour voyager dans sa tête.
 
439 KM À PARCOURIR
Nationale 7 a chanté Trenet. Nationale 117, devrions-nous répondre ! « Notre » route, cette route magnifique qui nous fait longer nos belles Pyrénées françaises, cette route de terroirs où les contrastes sont saisissants. Pays Basque, Bigorre, Comminges, Ariège, Cerdagne, pas d'autre point commun quand on la parcourt en voiture, en vélo ou à pied que d'avoir constamment sur notre droite un petit bout de montagne : « nos » Pyrénées changeantes, multiples. Michel Mahler, auteur des textes et Pierre Duffour, photographe ont parcouru cette bande d'asphalte et se sont intéressés aux hommes et aux femmes qui vivent au bord de cette route, qui la font quotidiennement pour diverses raisons ou qui en vivent. Un texte précis écrit d'une plume alerte, des instants de pure poésie, des portraits attachants, le tout servi par un regard tendre, celui du photographe qui a mis en valeur ce serpent de bitume, trait d'union entre Atlantique et Méditerranée avec ce fil rouge constant que sont les Pyrénées. La RN 117, route pyrénéenne, 112 pages tout en couleur, format 25 x 17 cm avec couverture à rabat, 25 euros. Un livre inattendu qui sort des sentiers battus !
 
C'EST UN REFUGE HAUT PERCHÉ QUI VOUS PARLE
Gérard Raynaud est un amoureux des Pyrénées. Lorsqu'il part sac au dos, l'homme est heureux. Grimper et faire une longue course de plusieurs jours ou simplement randonner sur la journée, dormir dans une cabane ou dans une auberge de montagne pour mieux repartir le lendemain, manger un bon sandwich ou faire un bon gueuleton à 3000 mètres d'altitude avec ses compagnons (car il a du savoir-vivre l'auteur !), Gérard Raynaud est de cette trempe d'auteur qui vit les Pyrénées physiquement et intellectuellement. Son érudition, Gérard Raynaud l'a partagé il y a quelques années dans un ouvrage remarqué (car remarquable) Cent ans sur la Brèche, rapidement épuisé. Ce texte, comme tout écrivain passionné par son sujet ; Gérard Raynaud voulait le reprendre, l'amender de connaissances nouvelles. Ah cette montagne, cette magie du lieu, ah ce refuge Lourde-Rocheblave, ah ce paysage magnifique (le summum des paysages pyrénéens ?) que vous vous prenez en pleine figure quand vous arrivez de France. Vous connaissez ? Gérard Raynaud nous en parle avec verve mais au-delà de la magie du lieu, c'est l'histoire de ce site qu'il nous retrace, à sa manière à lui. Par une belle métaphore, preuve d'une parfaite maîtrise de son sujet, Gérard Raynaud s'efface pour laisser le refuge se raconter...  Tuquerouye, balcon du Mont-Perdu, 192 pages, illustrations en noir et en couleurs, format 14 x 22 cm, 25 euros. Un livre à l'érudition tranquille qui dit les Pyrénées.
 
EN ROUE LIBRE !
Voilà, voilà... Nous soufflons un peu avant d'entamer le programme éditorial 2016. Enfin façon de parler, car il ne faut pas oublier de vous évoquer le grand rendez-vous culturel de cette fin d'année. Chez nous, à Pau, au palais Beaumont, les 20-22 novembre prochains auront lieu la deuxième édition des « Idées mènent le monde », l'occasion unique pour MonHélios et ses auteurs de venir à votre rencontre, de parler livres, projets, de partager des idées, d'échanger, bref de parler une fois encore des Pyrénées. Trente, ils seront trente auteurs à animer le stand MonHélios ! (pour connaître leurs noms et leurs jours de présence : http://www.monhelios.com/?fond=dossier&id_dossier=1 )
Vive ces auteurs de passion, généreux de leur temps : sans eux, sans leur enthousiasme, sans leur abnégation et sans leur soutien, pas de maison d'édition !... Pas de maison d'édition pyrénéenne diffusée au plan national alors que c'est le cas (un immesne atout). Pas de maison d'édition qui a son imprimeur tout à côté de chez elle (à Cahors dans le Lot) et qui, de fait, peut faire participer ses auteurs à la naissance de leur vie : un auteur photographe exigeant, respectueux de sa signature, est le premier à demander à aller sur machine contrôler la qualité de l'impression... Pour cela il ne faut pas l'envoyer en Bulgarie ou plus loin encore ! Sauvegardons le savoir-faire français, c'est du simple du bon-sens ! La compétence existe à côté de soi bien souvent !
Grâce à l'implication des auteurs, grâce aux lecteurs que vous êtes, grâce à vos encouragements, MonHélios est une maison d'édition tranquille qui poursuit à son rythme (de tortue) son petit bonhomme de chemin... en toute indépendance (un bien précieux et sur lequel nous sommes très vigilants car cette liberté de choix des auteurs et de leur sujet est notre force !).
 
LE PLAISIR DU LIVRE, LE LIVRE PLAISIR
La fin de l'année approche. Souvent le livre est un cadeau propice, un livre se garde, est quelque chose qui reste, qui s'oublie parfois mais qui revient un jour sous les doigts. Les libraires sont à votre écoute et peuvent commander les ouvrages qu'ils n'ont pas en rayon (il y a plus de 70 000 nouveautés parues cette année... dont... euh... les 16 livres MonHélios ! Sans parler des ouvrages de fonds : des centaines de milliers probablement... dont... euh... les 157 titres MonHélios). Ces professionnels du livre que sont les libraires vous procureront le livre souhaité avec plaisir mais attention à ne pas vous y prendre au dernier moment ! MonHélios aussi via son site internet (paiement sécurisé ou par chèque) peut vous satisfaire. Nous savons être réactifs (les commandes qui arrivent avant 14 h sont expédiées, sauf rares cas contraires, le jour même). Mais n’oubliez pas les délais d’acheminement de la Poste dont nous dépendons  ! Un livre nous pouvons vous l'expédier, l'expédier directement à celui à qui vous voulez l'offrir en France ou à l'étranger (nous lui cachons le prix, lui faisons alors un petit emballage cadeau, vous recevez en parallèle la facture produite chez vous – gratuité des frais de port). Bref n'hésitez pas, si besoin, à nous faire sortir de notre ordinateur pour faire des paquets !
 
Que cette fin d'année soit douce pour vous. 
À l'année prochaine avec de nouvelles découvertes, de nouveaux titres qui humeront à plein nez les Pyrénées.
Bien à vous,
DT.
Un trio féminin pour une rentrée histoire5/9/2015
MonHélios aime suer sang et eau pour mettre en valeur les textes et l'iconographie de ses auteurs : cet été, ce fut particulièrement le cas ! Si la responsable éditoriale a perdu au passage quelques grammes (bien inutiles !) avec cette chaleur, elle s'est surtout retrouvée à pester sec de devoir travailler volets fermés (car le bureau est plein sud). Elle n'a vraiment rien d'un desman, pourtant espèce emblématique des Pyrénées… elle préfère se voir en marmotte, l'hiver tapi au fond de son terrier (à paginer au chaud) mais dès les beaux jours venus, se retrouver dehors à humer l'air (frais ?) et à profiter de la luminosité !
 
Trois livres pour cette rentrée de septembre. Trois livres et trois auteur… avec un "e" et un "s" à la fin pour ne pas faire de fautes d'orthographe. Trois auteures femmes (nécessairement du fait de cet accord bizarre et affreux). Pas fréquent chez MonHélios ! Et pourtant, impossible d'accuser la maison d'édition de misogynie ou alors c'est à ne plus rien y comprendre ! C'est ainsi : MonHélios est globalement moins sollicité par les femmes que les hommes, comme si le domaine de l'écriture pyrénéenne était plus spécifiquement réservé à la gent masculine. Simple constat mais allons-y dans la provocation en ajoutant que lorsqu'une femme prend la plume, elle le fait à escient : c'est du très lourd ! Vous avez réagi à cette phrase ? Manque d'humour ! Machiste !
 
Nous disions donc trois femmes. Un livre pour une meilleure connaissance de la Bigorre contre deux qui s'attachent à mieux faire comprendre le Béarn… Laissons la priorité à Marie-Paule Mengelle et à son ouvrage sur "son chez elle" : "Cauterets, chroniques du village oublié". Habitant depuis de nombreuses années "en bas", dans la vallée, à Argelès-Gazost, Marie-Paule Mengelle est devenue au fil d'articles publiés par la revue d'érudition locale "Lavedan et Pays toy", l'historienne reconnue et incontournable de Cauterets, cette cité thermale des Hautes-Pyrénées. Il était temps que Marie-Paule Mengelle ose se lancer, non dans l'écriture d'un point  d'histoire, mais dans la rédaction d'un vrai livre de synthèse. "Cautares avant Cauterets". Qui sont ces cabaniers, ces Cauterésiens d'hier qui ont modelé le Cauterets d'aujourd'hui ? Qui sont ces familles qui ont bâti toute une économie et leur prospérité autour des sources ? Les actes notariés nous en apprennent beaucoup. Un livre plaisir à éditer (144 pages, format 22 x 22  cm avec une abondante iconographie, tout en couleurs, 27 euros), ouvrage qui sera présenté en avant-première les 19 et 20 septembre prochains au parc thermal d'Argelès-Gazost en marge des journées du Patrimoine (10 h-17 h) avant de faire sa sortie officielle à Cauterets où Marie-Paule Mengelle se pliera bien volontiers à une grande séance de dédicaces aussi impérative qu'inévitable à la librairie Blondet… une librairie familiale tenue aujourd'hui par son neveu… Eh oui ! Marie-Paule Mengelle avait des parents libraires et c'est ce qui lui vaut d'être née à Cauterets. Bon sang pour le livre ne saurait mentir !
 
Deuxième femme qui sera mise à l'honneur le 19 septembre prochain, en Béarn cette fois, à Garos, au nord-ouest de Pau (ouverture d'un espace muséographique) : Anne Berdoy. Inadmissible, intolérable, absolument incompréhensible que son livre ne voit le jour que maintenant ! Ah ces éditeurs qui font beaucoup de papiers avec quelques noms plus ou moins connus et qui passent parfois à côté de vrais sujets ! Dans le nord Béarn, depuis longtemps (Moyen Âge) et jusqu'à hier (le XXe siècle), des femmes ont produit des poteries… à suffisamment grande échelle et de grande qualité pour qu'on en retrouve aujourd'hui au… Canada ! Pourquoi ? Comment ? Quelles sortes de poteries ? Quelle économie et quelle société particulières, cela a-t-il engendré ? Tout cela Anne Berdoy l'a étudié et le sait. Elle l'a dit, et plus que démontré dans une de ces thèses universitaires d'histoire qui font date, voici vingt ans. Il était temps que le grand public, le lecteur érudit et intéressé, découvre le fin mot de cette étude. Exercice compliqué que de transmettre quand on est historienne de métier, pointilleuse, exigeante, sans concession sur le scientifique, comme l'est Anne Berdoy, exercice "simple" à réussir quand on possède vraiment son sujet, quand on a cette envie de transmettre, cette érudition tranquille car basée sur la vraie connaissance. "Les Potières et leurs maris : histoire d'un artisanat en Béarn du XIIIe au XXe siècle", un régal de 320 pages pour découvrir un point d'histoire locale ou quand l'archéologie s'étudie à côté de chez soi avec de belles et surprenantes découvertes à la clé. Ouvrage en souscription jusqu'au 15 septembre (20 euros + 5 euros de frais de port, prix à parution : 29 euros), sur papier libre ou en téléchargeant le bulletin de souscription ici : http://www.monhelios.com/?fond=dossier&id_dossier=4
 
Troisième femme a être mise en avant en cette rentrée… Françoise Fabre-Barrère avec "La vallée d'Ossau au XIXe siècle" (168 pages, format 22 x 22 cm, abondamment illustré, tout en couleurs, 29 euros) ou comment cette vallée pyrénéenne se transforme avec la venue des curistes et des pyrénéistes. Par touches et par retouches, les villages de ce coin de montagne béarnaise s'agrandissent, se modernisent. Ici c'est la rénovation d'un établissement thermal, là la construction d'un hôtel, ici on détruit une église pour la reconstruire un petit peu plus loin, là on érige une fontaine, puis ce sera l'édification d'une gare devenue indispensable. Petit à petit, les Ossalois intègrent dans leur environnement ces étrangers qui, la saison venue, viennent soigner leurs maux ou qui prennent un pied-à-terre pour explorer quelques coins inconnus de cette montagne qui reste à découvrir. Les Ossalois les accueillent, les occupent mais sans renoncer à ce qu'ils sont, à leurs coutumes et à leurs traditions acceptant juste de partager leurs fêtes qu'ils continuent de vivre pleinement. Un livre sur hier pour comprendre la vallée d'aujourd'hui. A noter : Françoise Fabre-Barrère signera son ouvrage à la Foire au fromage de Laruns les 3-4 octobre prochains (stand sous tente sur la place du village).
 
Avant de vous donner rendez-vous début novembre pour une dernière lettre d'information 2015 qui vous présentera trois dernières nouveautés et fera un petit bilan de cette année très riche au niveau éditorial, quelques dates à inscrire sur votre agenda, manifestations où vous retrouverez les auteurs MonHélios et leurs livres.
19-20 septembre : Argelès-Gazost (parc thermal).
3-4 octobre : salon du livre pyrénéen à Bagnères-de-Bigorre (Gèdre).
3-4 octobre : foire au fromage de Laruns (stand sur la place du village).
10-11 octobre : salon du livre d'Orthez.
20-22 novembre : "Les idées mènent le monde" (Pau).
 
Bonnes lectures à tous et au plaisir de rencontrer ceux qui viendront jusqu'à nous quand nous sommes sur le "terrain".
Bien cordialement,
 
En mai, lisons ce qu'il nous plaît !18/5/2015
Bonjour amis des Pyrénées,
 
Même plus le temps de papoter ! Pourtant j'aime bien bavarder, moi ! En mai, lisons ce qu'il nous plaît… Hum, j'ai adapté ce dicton météo à la sauce MonHélios pour dire que nos Pyrénées sont plus que jamais à l'honneur en 2015.
2 titres en avril, 10 en mai, 1 en juin : non, non, nous n'emballons pas la machine mais nous lançons une collection forte de 6 titres, des « petits » titres, des « flocons », ceci explique cette surabondance apparente.
 
Allons-y dans l'énumération des nouveautés.
Annoncés depuis… euh… 2011… ils attendaient depuis lors, sans cesse repoussés car MonHélios ne peut pas tout faire à la fois, mais ils étaient réclamés avec tellement d'insistance et de ténacité par certains d'entre vous, que pour ouvrir cette année 2015 il a été décidé de commencer par eux ! Eux ? L'« Ascension du Vignemale » du prince de la Moskowa (18 euros) et « Bat-Laetouse ou Marmuret » de Jam (comté Roger de Bouillé) (18 euros) sont enfin disponibles dans la collection « Joyaux des Pyrénées ».
Puisque nous parlons de réédition de textes, nous avons franchi aussi un nouveau pas. Bien des textes courts méritent à notre sens d'être remis sous les yeux des lecteurs. Bien écrits, pertinents, puissants, ils ne sont jamais réédités car trop « courts » comme si la valeur d'un livre se mesurait à son poids ou à sa pagination ! Remarquez, certains vous expliqueront doctement que la qualité d'un livre se juge à sa rareté… (tout est dans le non-dit, n'est-ce pas ?)
Voilà longtemps que nous réfléchissions à cette collection de petits textes. Donner les clés d'une bonne lecture est dans les gènes de MonHélios : vouloir faire découvrir, c'est aussi expliquer le choix pour mieux partager. Tout est parti d'un texte auquel nous tenions, celui de Ramond de Carbonnières à propos du Pic du Midi de Bigorre, texte qui complète les « Carnets pyrénéens » que nous avons l'honneur de porter en cette année des 150 ans de la Société Ramond (pour information : la Société Ramond organise un bien intéressant congrès autour du thème de « Pays pyrénéens et environnement », les 12-14 juin prochains à Bagnères-de-Bigorre. Pour en savoir plus : http://www.ramond-societe.com/programme-du-congres.html). Bref, à propos de ce texte relatant les 35 ascensions du Pic par Ramond, Gérard Raynaud nous faisait l'amitié de mettre à disposition de tous son savoir sur la question. Le format livre de poche (que nous avons volontairement légèrement aminci pour l'élancer) s'imposait : simple, maniable pour un prix sympa tout en ayant une finition soignée (papier parcheminé en couverture et, si nous avons renoncé à coudre le livre pour des problèmes de coût, la colle « pur » qui est employée est du solide et ne suscitera aucun désagrément !) Les critères (et les contraintes) se mettaient en place. Pour entrer dans cette collection l'ouvrage devait faire un minimum de 48 pages (contrainte dictée par ce satané imprimeur – ceci dit, nous nous entendons très bien avec lui, soyez sans crainte – imprimeur qui a besoin d'un minimum de pages et d'épaisseur pour nous faire un dos carré collé, sinon bouh… quelle horreur, il nous mettait des… agrafes ! Sacrilège !). De notre côté, nous définissions que le maximum de pages que nous nous autoriserions serait 128 pages. Un texte, deux, trois, quatre textes furent choisis… « Si vous alliez jusqu'à six, ce serait mieux, voire parfait, car ainsi vous n'aurez aucune perte de papier sur votre papier de création de couverture qui coûte très cher », nous suggère (et conseille) l'imprimeur. Allons-y ! Ce n'est pas l'absence de textes qui posait problème, mais plus le temps de (bien) les faire, de les relire qui risquait de nous manquer. Ah, parlons de cette relecture, de ces relectures plutôt, tant le pluriel (et jusqu'à l'overdose) s'impose. Pierre Debofle, Gérard Raynaud, Céline Bonnal et moi-même, nous avons lu… puis relu… puis re-relu… re-re-relu… Bon, disons-le tout net, si une faute subsiste encore dans l'un de ces 6 livres, il y a du saut à l'élastique du Pont Napoléon cet été qui nous est promis. Rien que d'y penser : Pierre Debofle s'accroche à son béret, Gérard Raynaud à son sac à dos gourmand, Céline Bonnal déserte sa vallée et moi je me mets aux abonnés absents du livre ! Bref, merci de ne pas nous prendre aux mots et vraiment, mais alors vraiment, s'il y a une (bouh… des ?) coquille(s) qui subsisterai(en)t de nous la (les ?) pardonner ! Nous noierons dans ce cas notre dépit dans une bouteille de genépi aux prochaines « Idées mènent le monde » (Pau, 20-22 novembre) sur le stand MonHélios (ça risque de donner un résultat joyeux car nous partagerions avec vous !). Ne dit-on pas « toute honte bue » ?
 
Les 6 Flocons en question, qui nous l'espérons, vont fondre comme neige au soleil sont :
- Ramond de Carbonnières « Pic du Midi de Bigorre, mes voyages », présentation de Gérard Raynaud (8 euros) ;
- Jean Fourcassié « Flâneries Pyrénées », présentation de Pierre Fourcassié (8 euros) ;
- Jean Fourcassié « La mort de l'Andorre », présentation de Pierre Debofle (7 euros) ;
- Marie G. Noguès « De Barèges à Gavarnie », présentation de Céline Bonnal (7 euros) ;
- Comte Roger de Bouillé (Jam) « Des Eaux-Bonnes à Gavarnie », présentation de Céline Bonnal (7 euros) ;
- Louis Le Bondidier, « Napoléon III et Eugénie aux Pyrénées », présentation de Pierre Debofle (11 euros).
Un petit plaisir particulier que procure cette collection et une franche joie d'édition : avoir retrouvé la famille de Jean Fourcassié et noué avec elle un chaleureux contact. Un immense merci à son fils, Pierre, d'avoir bien voulu écrire quelques belles pages sur son père et de nous avoir fait connaître ce texte inconnu de nous (nous quêtions son assentiment pour l'autre texte publié) et merci à son fils Sylvain qui, écrivain reconnu, a été en fait notre entremetteur via un de ses éditeurs.
 
Pour continuer de vous proposer de lire à satiété sur les Pyrénées, « Célestin Passet, un guide aux Pyrénées » (25 euros). Célestin Passet, LE guide des Pyrénées dit-on, attendait depuis longtemps son biographe. Il l'a trouvé en la personne de François Labadens, homme tout en finesse, discret, d'une incorrigible modestie, et qui sans tambour ni trompette, avec application, s'est mis au service de son sujet. Un régal éditorial ! Quelle chance de faire ce métier et de rencontrer un tel auteur mû par cette sincérité et authenticité d'action et de propos ! Respect de son écriture, de sa signature pour un respect évident du lecteur. L'éditeur ne peut que filer droit, accomplir son travail sous le regard confiant mais exigeant de son auteur pour un résultat attendu de qualité ! Bienvenue chez MonHélios, François !
 
Vous faire découvrir les Pyrénées par la lecture, c'est bien mais MonHélios veut aussi vous faire marcher… au sens littéral du terme… nous ne sommes plus le 1er avril ! Patrick Espel vous invite à découvrir les estives béarnaises et leurs cabanes. Avec sa femme, ses deux filles et bien souvent ses parents, il a parcouru les sentiers de la vallée d'Aspe ou de la vallée d'Ossau pour aller en famille à la rencontre des bergers, à la découverte de ces herbages d'été et de leur environnement, estives que l'on traverse souvent sans porter une vraie attention avant de poursuivre sa randonnée pour aller plus loin. Et pourtant il n'y a pas de grandes et de petites sorties ! La montagne est si belle. Arrêtez-vous, profitez du paysage, regardez. Cabane ancienne en pierres sèches ou (beaucoup moins jolie) maçonnée d'aujourd'hui. Lauses, tôle ondulée ou toit végétalisé, les Pyrénées recèlent ainsi des lieux de vie et de traditions séculaires qui peuvent être aussi des refuges pour une halte nocturne hors saison ou lors d'intempéries inopinées (si la cabane est un lieu ouvert, il va sans dire, qu'elle est à respecter !). « À la découverte des estives béarnaises : 34 randonnées en vallée d'Aspe, 35 randonnées en vallée d'Ossau » de Patrick Espel (18 euros).
 
Après avoir quitté les sentiers de terre et de pierrailles, retour au bitume mais pour une agréable déambulation dans les villages du val d'Azun avec Martine Cazabonne qui nous invite à la suivre dans cette découverte du petit patrimoine architectural que sont les portes des maisons. L'auteure nous montre ce que bien souvent nous n'avons pas su voir de nous-mêmes en passant. Elle a mis au point un véritable itinéraire qui nous fera nous arrêter pour découvrir de l'intérieur ces villages du val d'Azun sous leurs plus beaux atours, au rythme lent de la marche, en levant le nez, en fouinant dans les rues, bref en nous servant de nos yeux. Un livre aux magnifiques photos en souscription jusqu'au 29 mai délai impératif – il était temps que je vous fasse cette lettre d'information, je sais ! – (sorti mi-juin). Prix en souscription : 20 euros + 5 euros de frais de port. Prix à parution 29 euros. Sur papier libre ou en téléchargeant le dit bulletin en cliquant ici : http://www.monhelios.com/?fond=dossier&id_dossier=4.
 
Voilà, voilà… Nous allons souffler un peu en juin en nous octroyant des vacances (mais le suivi des commandes sera assuré) avant de nous attaquer au programme éditorial de la deuxième partie de l'année. Une histoire de la poterie en nord Béarn (en souscription, voir ici http://www.monhelios.com/?fond=dossier&id_dossier=4), un « Cauterets avant Cauterets », une histoire de la vallée d'Ossau au XIXe siècle, un beau livre sur l'Aragon, une route des Pyrénées à parcourir, un refuge qui se raconte et un massif pyrénéen qui a été titré inconnu sont au programme. Rendez-vous pour les plus patients fin août où nous vous en dirons plus dans une nouvelle lettre d'information, ou pour les plus gourmands et impatients d'entre vous, sur le site internet vers mi-juin car nous pensons le mettre à jour des parutions à venir avant de partir nous mettre les doigts de mains en éventail.
Très bel été à tous et bonnes lectures !
Une nouvelle page écrire !5/1/2015

Amis des livres, amis de MonHélios bien le bonjour,

 

Cette grande famille que forment les auteurs de la maison d'édition et moi-même venons vous présenter nos meilleurs vœux pour 2015.

De notre côté, avec vous, nous poursuivons notre route de plaisir livresque.

Fin décembre-début janvier, c'est la période de bilan pour MonHélios : l'époque où la cigale (la responsable éditoriale que je suis) et la fourmi (le comptable) se disputent allègrement les résultats de l'année passée. Difficile de concilier les deux points de vue. La cigale aime chanter, faire plaisir à ses auteurs et à vous lecteurs. La fourmi, elle, surveille discrètement, sans rien laisser paraître mais, semblant incarner le jeu des 1000 bornes, elle est toujours prête à sortir le feu orange, ou pire, le feu rouge. Et pas de joker pour la cigale qui doit alors écouter : c'est pour son bien !

 

Depuis 13 ans maintenant, la même cigale joue avec la même fourmi à ce drôle de jeu de rôle où la cigale l'affirme haut et fort : "Bouh… moi je parle en lettres alors que la fourmi n'entend que des chiffres… On ne parle pas la même langue !" Pauvre cigale incomprise qui a parfois dû apprendre à faire le gros dos en acceptant la réalité chiffrée. Fin 2010 et fin 2011, elle a même cru qu'elle finirait à jamais voûtée d'être dans cette position ! Fin 2012, tout allait mieux ; elle était redevenue en fait à l'état de nymphe et n'avait qu'une envie : sortir au grand air. La fourmi était bien contente de voir l'évolution de cette cigale espiègle : "Sèche bien tes ailes, sois patiente, apprend bien tes notes pour ne pas chanter faux ; bref travaille sans te décourager puisque cela tu sais le faire". Fin 2013, la cigale était récompensée. Certes, la fourmi était toujours prête à dégainer quelques feux orange mais elle avait observé finalement l'année sans rien dire. 

 

L'autorisation à chanter sans restriction était accordée pour 2014… alors la cigale a frotté comme jamais ses pattes sur ses cymbales. France-Quercy, l'imprimeur français, qui devait l'accompagner dans ce concert qui dure d'avril à novembre, était d'accord pour jouer à pleins tubes la partition éditoriale 2014 que les auteurs avaient soigneusement écrite. Quant à Cap Diffusion qui donne l'énergie en allant à la rencontre des libraires en France entière et en les motivant pour les montrer, il était fin prêt pour remplir son office. 

 

Ah que oui, elle a chanté la cigale en 2014. A pleins poumons même. Tellement chantée qu'en fin d'année elle s'est aperçue qu'elle avait investi (et donc dépensé) en impression son chiffre d'affaires 2013 ! Ce qui est parfaitement déraisonnable !… Hum… de n'en avoir conscience qu'en fin d'année, à l'heure du bilan !… La fourmi va forcément froncer les sourcils, même si la cigale va se trouver plein de circonstances atténuantes pour lui expliquer pourquoi elle n'a pas fait le suivi des chiffres au fur et à mesure ! Avec la plus parfaite mauvaise foi du monde ! Pourtant son attitude n'est pas obligatoirement irrationnelle car elle n'a jamais perdu de vue l'essentiel : chanter à tue-tête, oui, mais en protégeant son imprimeur, celui qui lui permet de ne pas être atteinte d'extinction de voix ! 

 

Deux livres 2014 sont estampillés de logo, "Pays des Nestes et de Comminges des origines à nos jours" de Jacques Brau, un excellent livre d'histoire que nous voulions abondamment illustrer pour montrer l'histoire, pour valoriser ce territoire riche en patrimoine. Le Conseil général des Hautes-Pyrénées (qu'il en soit vraiment remercié) a œuvré avec nous pour rendre ce savoir accessible aux lecteurs curieux. De même, la Région Aquitaine (qu'elle en soit remerciée aussi) nous a permis de réaliser le livre d'Olivier Hautin et de Sébastien Husté consacré au "Port de Bayonne", dans la gamme "beau livre", livre cadeau mais aussi livre promotion d'une activité économique bien méconnue, celle de ce port au débouché des Pyrénées. 

 

Mais il y a surtout vous, amis lecteurs, qui avez voulu les "Carnets pyrénéens" de Ramond de Carbonnières dans son édition courante et sa version "livre de prestige" : une première ! Une première pour la cigale de se lancer dans le livre "d'art", le livre "objet", de travailler vraiment en artisan du livre. Mais aussi et surtout une première de faire cohabiter ainsi, immédiatement, en sortie parallèle, un même livre sous deux formes bien distinctes.

Première aussi pour la cigale, et quelle première !, cette co-édition entre elle et une association culturelle : "Mémoire d'Aspe", autour d'un thème : la Première Guerre mondiale. Deux livres en sont sortis : "Destinée de poilus" de Dany Barraud, et "Vallée d'Aspe, 365 poilus morts en 1914-1918" de Dany Barraud, Anne-Marie Garaig et Madeleine Lacau. Saisissez-vous de "Destinée de poilus", inspectez-le sous toutes ses coutures, regardez l'achevé d'imprimer (France-Quercy, France !) et posez-vous la question : "Mais comment est-ce possible d'avoir un livre de cette qualité, sous cette forme, dans cette finition, avec les droits d'auteurs qui seront respectés (les auteurs reversent leurs droits à l'association Mémoire d'Aspe) pour un prix aussi raisonnable ?" Oh, réponse très simple à donner : l'association "Mémoire d'Aspe" a aidé financièrement MonHélios pour un quart du total, les lecteurs souscripteurs qui se sont mobilisés et qui ont soutenu ce livre pour le voir paraître, pour un autre quart… il est simple dès lors d'éditer en pensant à vous tous car les financements reçus ne sont pas là pour engraisser la cigale, qui doit rester svelte, mais juste là pour lui permettre de donner de son mieux à lire : plus le prix est doux, plus facile est la transmission et l'accès à la connaissance, non ?

 

Voilà, il y a eu aussi "A la découverte des cabanes de Barèges", un chouette livre de Céline Bonnal, une auteure femme (ce n'est pas si fréquent) qui vous fera parcourir la montagne autrement, voir et comprendre parfois ce que vous voyez sans le voir, et réfléchir. Non, décidément non, ici ce n'est pas un vulgaire tas de pierres mais les restes d'une cabane pastorale, ce qui veut dire beaucoup sur l'occupation des lieux. Assurément le paysage pyrénéen évolue. A l'échelle humaine. Rien n'est figé. Il n'y a que la photographie pour figer un instant. Il y a eu aussi ce livre hommage de Jean Lamanètre à "Georges Ledormeur", ce pyrénéiste de l'entre-deux-guerres, dont la vie est un vrai roman. Ce livre, vous l'avez plébiscité, ce qui a rendu la fourmi d'humeur badine mais qui, en décembre, l'a vu faire une belle grimace car la cigale n'a pas voulu entendre raison : "Plus de livre ? Il faut réimprimer sans attendre !… Tant pis pour le bénéfice ! Faut manger la cagnotte".

 

Mais il y a eu aussi "Autour du Pic du Midi d'Ossau et du Balaïtous", un texte de Jean Arlaud découvert avec gourmandise par Daniel Trallero qui nous en a donné les clés d'une parfaite lecture ; un autre livre témoignage sur les "Heur et malheur de guerre d'une famille béarnaise" d'André Hourmilougué. Enfin MonHélios a signé "Une amitié heureuse" de Robert Doisneau le Parisien et de Jean Dieuzaide le Toulousain, une belle rencontre littéraire et imagée entre deux monstres de la photographie française sur fonds de Pyrénées.

 

Alors au terme de 2014, quand le temps a soudainement fraîchi, la cigale a regagné son antre sans tarder. Ne pas prendre froid, bien replier ses ailes, se reposer pour imaginer 2015 et renaître avec les beaux jours avec les mêmes bonnes résolutions : ne pas chanter n'importe comment ni n'importe quoi mais bien sélectionner son répertoire. Etre prudente pour éviter les prédateurs. Au mois d'avril, la cigale reprendra contact avec vous pour vous parler des nouveautés du premier semestre. En attendant, exceptionnellement la cigale qui n'aime pas sortir en hiver va bien s'emmitoufler les samedi 7 et dimanche 8 février prochains pour répondre, avec ses auteurs, à l'invitation de la Communauté d'agglomération Pau Pyrénées et participer à deux journées de promotion et de valorisation du "Livre en Béarn" (rendez-vous à la Foire Exposition de Pau) et elle partira, du vendredi 20 mars au lundi 23 mars, à l'assaut de Paris en étant présentée par la librairie de l'ECLA dont le stand jouxtera celui de l'invité d'honneur : le Brésil… "Brasilia, carnaval"… Pour un peu la cigale se mettrait à danser au rythme de cette samba… il faut dire que le printemps sera là ! Merci à vous de noter ses deux rendez-vous sur votre agenda et de nous aider le cas échéant à le faire savoir !

 

Vive nous tous et bonnes lectures au coin du feu !

Bien à vous,

 

DT.

 

Le monde est à nous !20/11/2014

Bouh... à peine le temps de s'éponger le front ! Très en retard cette année pour vous parler de la belle manifestation qui nous rassemble tous les auteurs et moi et à laquelle nous aimons vous convier en vous réservant normalement bien à l'avance ce week end de novembre. « Festival littéraire : les idées mènent le monde », Pau et le Palais Beaumont vont briller de mille feux ce prochain week end car oui, ça commence ce vendredi. Demain ! Gloups ! Un programme alléchant que vous pourrez découvrir en cliquant sur le lien :

http://www.pau.fr/evenement/3278/7-trois-jours-de-debat-d-idees-et-de-rencontres-litteraires.htm

Bon, mais si je suis en retard pour papoter avec vous cette année, c'est qu'il y a des raisons. 2014 fut tout au long de l'année vraiment une année exceptionnelle dans les sorties éditoriales. De bien beaux projets qui ont trouvé un bel accueil auprès de vous, ce qui fait grand plaisir. Bouh... amis lecteurs vous me compliquez bien la vie pourtant parfois bien involontairement, et en plus je ne peux vraiment pas vous en vouloir bien au contraire. Mais « m' » épuiser en 6 mois le titre sur Ledormeur (de Jean Lamanètre) et continuer à le réclamer chez les libraires m'oblige à le réimprimer sans plus tarder alors que brrrrrrr... j'ai sur le dos des énormes factures d'imprimeur à honorer... Bon, ben, c'est comme ça ! MonHélios aurait bien tort de se plaindre !

Avec la seconde édition du "Traité des Pyrénées" (Louis Albesa) et la réédition éclairée de Daniel Trallero sur le camp d'Arlaud réalisé en 1925 "Autour du Balaïtous" en hommage aux géodésiens, nous avions avant l'été donné le la pour une partition 2014 sans fausse note.

Alors comment avons-nous fait pour avancer de manière aussi belle, tranquillement, sereinement., comment avons-nous relevé les défis ? Mais le plus simplement du monde, en bâtissant nos dossiers avec vous les lecteurs car c'est ensemble que nous avançons sur la route de la culture pyrénéenne ! Irremplaçable et précieux lecteurs que vous êtes ! C'est bien là la seule vérité.

La semaine d'avant, nous étions à Accous puis à Lescun pour présenter aux Aspois deux livres, « leurs » livres car ils se les sont accaparés pour notre plus grand... bonheur (thème du festival littéraire de Pau de cette année). « Destinée de poilus » de Dany Barraud et « 365 poilus » du trio Dany Barraud, Anne-Marie Garaig et Madeleine Lacau doivent tout dans leur finition aux souscripteurs qui ont porté avec vigueur ces livres sur les fonts baptismaux mais aussi à Mémoire d'Aspe, une association dynamique et volontaire de la vallée, qui plus qu'un renfort est un véritable acteur du livre en tant que co-éditeur. Deux livres sur la guerre 14-18, le second complétant le premier mais surtout une démarche unique comment les Pyrénées au travers d'une vallée a vécu cette Première Guerre mondiale sur le front mais aussi à l'arrière. Destins tragiques pour beaucoup, drames marquants pour les familles. Pour rester dans ce thème, un troisième livre « Heur et malheur de guerre d'une famille béarnaise » d'André Hourmilougué aborde lui sous l'angle familial la vie du côté de Sauveterre de Béarn pendant les deux guerres. Un petit livre qui sonne juste.

Dernier titre à vous signaler, incontournable... « Une amitié heureuse : Robert Doisneau le Parisien, Jean Dieuzaide le Toulousain »... Pour fêter les 40 ans de la Galerie du Château d'Eau, première galerie consacrée à la photographie en France, quoi de plus beau que de révéler une amitié, une complicité. Les photos se répondent, les lettres se parlent. Mais qui est l'auteur de la photo ? Tout à coup le doute...

DT. 

Etre ambassadeur culturel des Pyrénées, une belle responsabilité25/5/2014
Ici, l'hiver a été studieux pour qu'à l'apparition du printemps, dès les beaux jours revenus, la marmotte MonHélios hume avec délice l'air pur des Pyrénées en sortant de son trou. Les marmottons sont au nombre de cinq, cinq livres réalisés au coin du feu.

Ensuite en mai, une salve de quatre livres. Restons dans la montagne... avec Céline Bonnal (une auteure femme, une denrée rare dans le catalogue... à vos plumes mesdames !) qui propose de partir « À la découverte des cabanes de bergers dans la vallée de Barèges » (252 p., ill. en coul., 14 x 22 cm, 25 euros), un ouvrage coup de coeur car Céline Bonnal nous fait comprendre et regarder le décor. Non, ici ce n'est pas un vulgaire tas de cailloux, mais bel et bien le témoignage d'une vie pastorale passée ! S'appuyant sur les textes des pyrénéistes, Céline Bonnal a retrouvé les traces de leurs lieux de vie et vous suggère de la suivre. Avec itinéraires. Iconographie ancienne de choix et abondante iconographie en couleurs.

Quittons la montagne, pour l'histoire… des Pyrénées ! Jacques Brau, depuis une première nomination à l'école de Tramezaygues, s'est intéressé à l'histoire des « Pays des Nestes et de Comminges des origines à nos jours » (352 p., ill. en coul., 14 x 22 cm, 29 euros). Il en a lu des livres, il en a digéré des connaissances... il est aussi allé beaucoup sur le terrain, regarder, vérifier, retrouver ! La retraite venue, il s'est mis à sa table d'écriture et a entrepris une longue rédaction. Texte enrichi d'une iconographie couleur montrant les richesses patrimoniales de ces Pyrénées centrales. Un voyage didactique à travers l'histoire, écrit avec talent par un érudit qui veut transmettre son savoir et vous faire aimer (découvrir ?) son pays.

Si MonHélios sort de son antre avec ces cinq titres, la maison d'édition va aller aussi à votre rencontre. Ce sera le cas à Saint-Lary-Soulan les 6-7-8 juin avec une forte sélection de titres. En partenariat avec la librairie Bleu et Aure, une amie de la maison d'édition et du livre en général, Anne, vous accueillera avec grand plaisir... C'est vraiment bien qu'il en soit ainsi car pendant ce temps, j'aurai la joie d'être en vacances, un mot qui n'est pas rayé du vocabulaire MonHélios mais qui est au contraire bien précieux pour se ressourcer, réfléchir et repartir du meilleur pied qui soit. Ainsi donc, si je souffle un peu, la maison d'édition ne ferme pas, ne s'arrête jamais car ses amis veillent au grain, prennent le relais et font tranquillement tout le suivi ! Je leur fais entièrement et totalement confiance. A propos de Saint-Lary, Anne ne sera pas lâchement abandonnée. Non, non, 11 auteurs MonHélios viendront l'aider et animeront le stand : Céline Bonnal, Jacques Brau, Pierre Castillou, Michel Dieuzaide, Fernand Fourcade, Jean Lamanètre, Luis Lera, Claude Ortega (famille Meillon), Régine Péhau-Gerbet, Marcel Pérès, Gérard Raynaud. Il va y avoir de l'ambiance car ils sont gais et sympas les auteurs, heureux de partager, contents d'être là ! Pour connaître leurs jours de présence, c'est ici : http://www.monhelios.com/?fond=dossier&id_dossier=1

Mes vacances (que je juge méritées) derrière, il faudra se remettre d'autant plus vite et joyeusement au travail que le programme de la seconde partie de l'année est d'une incroyable richesse et que les livres du second semestre 2014 sont autant de belles cerises sur un gâteau MonHélios qui en compte déjà beaucoup. Ici, je me régale déjà à l'idée d'éditer ces livres, de les porter. Les manches seront retroussées au maximum, avec beaucoup d'envie !

Deuxième livre, qui sortira le 10 octobre et qui sera présenté en avant-première au salon du livre pyrénéen de Bagnères-de-Bigorre (3-5 octobre – là plus de vacances, je serai sur le pont !) : « Carnets pyrénéens » de Ramond de Carbonnières. Il fallait les sortir ces 2 carnets que personne n'a lu car imprimés en petit nombre dans l'entre-deux-guerres mais il fallait aussi trouver l'érudit capable de déchiffrer les pattes de mouche de Ramond car nous savions que l'édition première avait quelques défaillances ! C'est Pierre Debofle, actuel président de la Société Ramond, archiviste paléographe... et ne le cachons pas instigateur de ce projet, qui s'y est attelé avec beaucoup de minutie (et je le soupçonne fort, avec délectation). A l'heure qu'il est, hormis quelques détails à régler nous sommes prêts, le livre attend en fait son heure. Un beau volume de 352 pages d'un format 14 x 22 cm et qui coûtera 29 euros. Voilà pour l'ouvrage grand public, celui que nous défendons naturellement car il est dans la transmission du savoir et pour une parfaite connaissance des Pyrénées par tous. Mais ces « Carnets pyrénéens » auront une seconde version, une version qui est appelée à rentrer dans les bibliothèques d'étude comme livre de savoir certes mais aussi comme livre objet. Cette édition qui aura le même contenu et la même mise en pages que la version courante, sera présentée en deux volumes réunis dans un étui fourreau, sur papier Rives vergé, couverture à rabat, finition artisanale. Tirage strictement limité à 300 exemplaires numérotés, hors service de l'éditeur. Cette édition a été imaginée et conçue pour fêter et rendre hommage à la Société Ramond, cette vieille dame toujours active qui fêtera en 2015, ses 150 ans. Eh oui les Pyrénées ont devancé les Alpes en la matière car la Société Ramond est la plus vieille société de montagne française ! Une table à l'intérieur recensera ceux qui auront réservé leur ouvrage avant le 13 juillet 2014 et qui souhaiteront voir apparaître leur nom (fin de la souscription le 26 septembre 2014). Prix : 150 euros + 15 euros de frais port (envoi en colissimo recommandé), 180 euros à parution. Le bulletin de souscription, il se trouve ici : http://www.monhelios.com/?fond=dossier&id_dossier=4 ou si vous préférez y aller tranquillement plus tard, sur le site internet de MonHélios, onglet à gauche « Souscriptions/réservations ». A noter, les numéros d'exemplaires seront attribués par ordre d'arrivée des réservations. Pour en savoir plus sur la Société Ramond, n'hésitez pas à regarder leur site en cliquant ici : http://www.ramond-societe.com/home.html

Enfin, commémoration nationale 1914-1918, le 8 novembre, nous ferons paraître deux livres très importants et que nous avons à coeur de faire, et de parfaire, en hommage à cette génération sacrifiée pour fait de guerre. En co-édition avec Mémoire d'Aspe, nous publierons « Destinée de poilus : adieu la vie, adieu l'amour ! », ouvrage de Dany Barraud qui a suivi le cheminement des jeunes soldats aspois dans leurs combats, là-bas, dans l'Est. Au milieu des livres d'histoire générale sur la Grande Guerre, ce livre sera le livre témoignage, l'histoire vécue d'une vallée pyrénéenne. Un livre que nous voulons relié, un livre que nous voulons dans un grand format, un livre que nous voulons d'un prix le plus accessible possible car ce livre doit entrer dans toutes les bibliothèques familiales aspoises mais aussi bien au-delà, et y rester comme gage que décidément, non, ce conflit-là ne peut pas s'oublier car il a endeuillé toutes les familles françaises. Caractéristiques du livre 352 p. (?), abondamment illustré de photos et de documents d'archives totalement inédits, 22 x 30 cm, relié, prix maximum 35 euros. Pour parvenir à tenir ce prix coûte que coûte, une souscription sera lancée en septembre. Avec la mobilisation de tous, nous voudrions gagner notre pari de ce prix de vente.

A noter, les droits d'auteur de ces deux livres seront intégralement reversés à l'association Mémoire d'Aspe, dynamique association dont le but est de faire vivre les archives aspoises. Pour en savoir plus sur ses activités : http://www.memoiredaspe.fr

Prochaine lettre, début septembre !... Très bel été à tous.

Les éditions MonHélios.

------
MonHélios est diffusée :
– en France par Cap-Diffusion en exclusivité
– au Duché du Luxembourg et en Belgique par La Caravelle
– au Canada par Ulysse

Maison d'édition indépendante éditant à compte d'éditeur (auteurs sous contrat et avec droits d'auteur afférents)
-----

Une trilogie gagnante pour être vraiment au coeur du métier19/5/2014
Amis de MonHélios bonjour,
 
Des lecteurs, un imprimeur et un diffuseur... Oui, nos forces sont là et nous y puisons quelque chose de très précieux : notre indépendance. Amis lecteurs, par vos achats de livres, vous êtes notre vie. Nos auteurs, les sujets traités, nous les choisissons en toute liberté. Pas de coup de téléphone d'une institution ou d'un politique qui pourrait nous faire comprendre qu'un(e) ami(e)... pas de réponse aux sirènes d'auteurs qui viendraient en nous disant « si vous m'éditez, je peux vous faire avoir des subventions car je connais untel, etc. » Non, chaque livre est choisi sur ses qualités, son seul contenu, et non sur un cv d'auteur (un renom !) ou des possibilités financières. Oui, si MonHélios publie un livre (tous les livres sont édités à compte d'éditeur) c'est que la maison d'édition juge, en son âme et conscience, que c'est publiable : ça rentre dans sa ligne éditoriale, c'est cohérent, le regard apporté par l'auteur est intéressant et il nous semble pertinent de le partager avec vous. Parfois, pourtant, la marche à franchir pour réaliser le livre voulu est difficile ; alors dans ce cas, et dans ce cas seulement, MonHélios prend sa plus belle plume et cherche des aides financières auprès des collectivités territoriales. C'est toujours ponctuel et dûment justifié, c'est aussi obligatoirement redistribué aux lecteurs que vous êtes. Dit autrement, en achetant un livre estampillé d'un logo institutionnel, vous ne payez pas deux fois le livre : une fois comme contribuable et… une seconde fois comme lecteur ! Non, assurément pas, si vous regardez plus attentivement le dit livre, vous comprendrez que dans le prix qui vous est demandé, l'argent reçu vous est rendu, bien heureux que nous sommes alors de dynamiser ainsi la publication.
 
Une fois la décision prise de faire paraître, c'est ensuite beaucoup, beaucoup, mais alors beaucoup de travail, car nos auteurs sont respectueux de leur signature. Ils sont là pour transmettre, pour faire aimer leur sujet ou pour vous ouvrir le regard, ils le font avec une grande dose de passion, beaucoup d'abnégation. C'est la grande chance de MonHélios, ce respect naturel des auteurs à leurs futurs lecteurs. Les meilleurs livres sont ceux où naît une complicité entre la maison d'édition, première lectrice du livre, et l'auteur à l'écoute des remarques qui lui sont parfois suggérées.

Une fois le travail auteur-éditeur terminé, entre en jeu l'imprimeur. Ah l'imprimeur ! MonHélios a vécu quelques (més)aventures avec l'imprimeur en 12 ans mais depuis 5 ans maintenant, la maison d'édition a trouvé son partenaire en ce domaine (croisons les doigts qu'il ne vienne pas à gaffer !). France-Quercy à Mercuès dans le Lot – car nous tenons absolument à imprimer en France – est l'imprimeur attitré de la maison d'édition. Tout se passe bien, et même très bien : rendus corrects, délais tenus et, ce qui ne gâche rien, rapports que l'on peut qualifier d'amicaux à la clé. France-Quercy est un imprimeur de livres, dont le coeur de métier est de faire du livre, toujours du livre, encore du livre... Il est à 4 heures de voiture de MonHélios, c'est-à-dire à côté : important, si nous souhaitons aller sur machine contrôler le rendu (car cela est possible). La relation imprimeur-éditeur est essentielle car l'imprimeur apprend les méthodes de travail de l'éditeur (et inversement), connaît ses exigences pour un suivi de qualité. Il n'y a pas de paravent entre MonHélios et l'imprimeur, pas d'intermédiaire tampon qui cache bien souvent des sous-traitances étrangères, mais un rapport direct avec lui. Pour tout vous dire, MonHélios a voulu très tôt avoir France-Quercy comme atout mais la maison d'édition a dû patienter quelques années et faire ses preuves de viabilité. Editer coûte beaucoup d'argent pour des résultats incertains : quand on fait 10 livres par an, qu'on est une petite structure, qu'on met de l'argent dans la finition, il faut que l'imprimeur ait des garanties de paiement, sinon c'est lui qui met les clés sous la porte ! Voilà, en 2009, France-Quercy qui imprime beaucoup de grands noms, retrouvait dans son fichier le nom de MonHélios qui s'était rapproché de lui en... 2003 ! En fait, c'est rassurant de savoir que cet imprimeur « trie » ainsi, autant que possible, ses clients et cherche à limiter les impayés ou les retards de paiement. Derrière ce sont 60 emplois qui sont en jeu. Il n'est pas à imprimer à tout-va dans une espèce de fuite en avant... cette recherche de stabilité voulue et de sagesse, cela s'appelle de la gestion.

Enfin, le diffuseur. Oui, ce diffuseur, si important à nos yeux ! Si nous revendiquons haut et fort notre statut de petite maison d'édition, nous avons des ambitions pour nos livres à rayer le parquet bien que nous ayons en nous cette saine modestie qui nous fait voir clair ! Alors inconsidérée notre volonté ? Que nenni : dès notre premier livre, nous voulions un diffuseur national avec pour objectif de faire sortir les Pyrénées de leur pré-carré local. Pourquoi un Strasbourgeois, un Lillois, un Brestois, un Chamoniard, un Orléanais ou un Parisien serait-il interdit de lire ou de découvrir un paysage pyrénéen ? Nos livres d'histoire locale s'inscrivent dans un mouvement d'histoire générale française ou européenne dont ils sont un pan. Si vous faites fi des particularismes locaux ou régionaux, quels sens donner à l'histoire ? Idem, pourquoi ne pas défendre des romans régionaux dont les scènes se passent dans les Pyrénées ? Editons-nous de la sous-littérature si l'action se passe à Pau plutôt qu'à Paris ? Et nos photographes, ont-ils moins de personnalité dans leur art que les photographes alpins ou new-yorkais, nos montagnes sont-elles moins belles parce qu'elles sont moins hautes que celles de l'Himalaya ? Comme diffuseur, nous avions choisi Rando-Diffusion pour nous représenter auprès des 3000 libraires, il était le diffuseur historique le long de la chaîne des Pyrénées avant de grandir pour s'imposer au niveau national. Pendant dix ans pas un nuage et puis, patatras, le monde du livre étant en souffrance, le groupe Sud Ouest vendait Rando (et MonHélios avec !)... Ralliée à Edilarge (groupe Ouest-France), pour devenir Cap-Diffusion, le diffuseur des maisons d'édition en région. MonHélios, du fait de sa taille très modeste, avait-elle encore sa place dans cette structure ? Tout devenait plus grand tout à coup, presque plus sérieux, encore plus professionnel. Nous perdions nos marques, nos parents premiers avec qui nous avions si bien biberonné… Exit les Bernard, Nadine, Marie-Christine, Christine, Christelle, France et autres qui ne poursuivaient pas l'aventure car lorsque l'on vit dans les Hautes-Pyrénées et que les familles sont implantées, il est difficile de partir vivre ailleurs. Merci à eux de tout leur travail. Cap-Diffusion à Rennes... Sans nous sentir épiée, nous savions que la maison d'édition était observée. Ne nous leurrons pas : si un éditeur essaie de choisir son diffuseur, c'est surtout le diffuseur qui choisit qui il souhaite diffuser. Dit brutalement : le diffuseur allait-il nous garder dans son catalogue ou dénoncer le contrat qui nous lie avec lui ? Que fallait-il faire pour lui faire comprendre qu'il y a intérêt à défendre nos couleurs ? Rien, sinon de continuer d'avancer, donc de travailler. En février dernier, avec les autres diffusés du groupe, la maison d'édition a été conviée par Mme la PDG et le directeur commercial à visiter à Canéjan le dépôt d'où sortent toutes les commandes à destination des librairies. Un immense dépôt de 11000 m2 ! Des palettes de livres au kilomètre sur plusieurs étages, une chaîne automatisée de traitement des commandes. Impressionnant ! Une machine de guerre, c'est ainsi que nous l'avons perçue, des moyens énormes pour réussir, c'est-à-dire avancer et progresser. Deux chiffres qui résument bien des choses : 40000 références sont stockées dans cet entrepôt dont... euh... gloups... 138 références MonHélios ! (une loupe, vite, trouvons une grosse loupe !) A vous donner le tournis... et pourtant curieusement la maison d'édition qui pourrait être écrasée, qui pourrait craindre d'être oubliée, s'est sentie renforcée, rassurée, encore mieux assise.

MonHélios ne grandit pas, car MonHélios ne veut pas grandir mais elle peut se permettre tranquillement de porter des projets d'envergure car elle a les principaux atouts dans son jeu : les lecteurs que vous êtes, l'imprimeur qui lui convient, et le diffuseur qui lui permet d'oser d'aller de l'avant sereinement. Qu'il est facile dès lors de travailler et de se focaliser sur son coeur de métier : l'édition, le travail avec les auteurs. Oui, MonHélios n'est pas un échaudage brinqueballant vivant d'artifices mais bel et bien une construction, autorisée par vous les lecteurs, bâtie sur des fondations saines et libres et dont nous montons les murs soigneusement, brique après brique, livre après livre, patiemment avec les professionnels requis pour faire.
 
Voilà, cette lettre d'information avait juste pour objet de vous parler du décor de MonHélios. Le 25 mai prochain, dans quelques jours donc, nous vous ferons parvenir une seconde lettre d'information vous présentant nos cinq livres parus de ce premier semestre 2014 et ceux à venir. Etre éditeur est un métier. C'est un métier accaparant mais c'est un métier passionnant.
A très bientôt.
 
 

 


Bien vivre, bien manger... et bien lire !28/10/2013
Amis du livre pyrénéen bonjour,


wink Une grande fête du livre se prépare "Pau Pyrénées fête le livre" qui aura lieu les 8, 9 et 10 novembre prochains au Palais Beaumont à Pau. Les organisateurs ont mis les petits plats dans les grands : il le fallait vu le thème "Cultures paysannes : bien vivre, bien manger…… et bien lire" ont-ils ajouté malicieusement.

cheekyChez MonHélios, si on parle de bien vivre, bien manger… inutile de répéter l'invitation aux auteurs… Bref, ils seront… euh… une petite trentaine à venir manger… euh… non, à vous dire de bien lire… Enfin… il faudra peut-être aller les chercher sur les stands de dégustation ou dans les conférences qui se tiendront.

Essayons de vous les citer tous. Honneur aux petits derniers qui feront leur baptême du feu avec leur livre qui fera sa première apparition publique. Honneur aux dames (curieusement sous-représentée chez MonHélios, on est loin de la parité !) :
Régine PÉHAU-GERBET présentera "Le transpyrénéen en vallée d'Aspe : une construction et des hommes". Un ouvrage que l'auteur a longtemps porté en elle avant de se décider d'en faire un livre. Une iconographie rare et inédite grâce à des collectionneurs qui ont ouvert leurs portes et autorisé la reproduction des documents. Résultat : un livre-événement qui fera référence.
Luis LÉRA, "Guerre d'Espagne, Seconde Guerre mondiale : François Mazou ou l'engagement d'un Béarnais pacifiste", a lui aussi porté longtemps ce livre en lui. Pas simple pour l'auteur de parler d'un ami, pas simple d'évoquer sa mémoire. Un livre engagé qui donne à réfléchir sur le(s) sens de l'histoire, ses maux (mots), comment savoir écrire parfois.
Pierre CASTILLOU aussi a porté en lui son roman sur "Sasé, village abandonné"… faut-il parler de roman, en fait ? pas si sûr… en arrière-plan ces barrages hydro-électriques qui ont été construits (ou pas) en Aragon et qui ont vu des villages désertés de leur population, rachetés par l'État espagnol.
Loin d'être un petit dernier mais vous présentant son dernier livre, Jean-Paul GRAO signe son quatrième livre chez MonHélios. Suite à une rencontre inattendue avec la famille de Reboul qui lui a largement ouvert ses portes, Jean-Paul GRAO s'est intéressé à Henri Reboul, homme de Pézenas, mû par une curiosité scientifique qui lui fera parcourir les Pyrénées pour en mesurer les altitudes !
Sorti et présenté en avant-première au dernier salon du livre pyrénéen à Bagnères-de-Bigorre (à tout seigneur tout honneur, il ne pouvait en être autrement), Michel DIEUZAIDE portera fièrement, et haut, les couleurs de sa Bigorre en vous présentant son ouvrage photographique "De la maison" autour d'une vue reconnaissable entre toutes, la vue emblématique du département des Hautes-Pyrénées. Chut, ne dites pas Michel Dieuzaide que Lamartine a écrit un jour que "Pau est la plus belle vue de terre du monde comme Naples est la plus belle vue de mer" : il n'en croit rien et vous dira en toute bonne foi qu'il y a mieux pas loin… Allons, allons, force est de constater en regardant son livre que nos Pyrénées sont vraiment superbes quand on les admire de beaux balcons. D'ici on regarde l'Ossau, de là-bas, le Bigorre : vive les Pics du Midi !
Première venue à "Pau Pyrénées fête le livre" mais presque déjà un routier des manifestations littéraires car il nous a accompagné déjà plusieurs fois sur le terrain, Fernand FOURCADE aura beaucoup de plaisir à vous parler de "ses" Échappées belles sur le Tour de France vécues de l'intérieur… et se projetera avec vous dans celui de 2014 avec une arrivée à Bagnères-de-Luchon, une à Saint-Lary (merci Poupou d'y avoir gagné voici 40 ans), une troisième à Hautacam après un départ de Pau et via un bon coup de jarret pour franchir le Tourmalet. Il en salive déjà d'envie M'r l'auteur...
Enfin, Gérard RAYNAUD défendra aussi bien les couleurs de la Revue Pyrénées, que celles de Pin à crochets et celles de MonHélios avec le "Mois sous la tente" de Le Bondidier qui vient d'être remarqué par le dernier Pyrénées Magazine.

Quant aux autres auteurs qui vous attendront de pied ferme (mais sourire aux lèvres, prêt à échanger avec vous), ils sont si nombreux que je vous les ordonne par ordre alphabétique et vous renvoie sur le site internet de la maison d'édition pour vous rafraîchir la mémoire si besoin est  :
Jean-Jacques ALICOT, "Pyrénées montagnes choisies"
Stéphane AVENEL, "Les Bardenas, un désert aux prêtes des Pyrénées" (sous réserve)
Philippe BÉRIT-DEBAT, "Pyrénées blanches"
Pierre COUDOUY, "Berger au pays de l'ours" et "Vigneron Bio, de la terre au vin"
Pierre DUFFOUR, "Bigorre, gens d'ici"
Denis ESCUDIER pour "L'Aneto et les hommes" de Jean Escudier
Michel GROLLEAU, illustrateur, "Souriez, vous êtes en Béarn", "Vagabondage en Aspe"
Florian JACQUEMINET, "Pyrénées, d'un 3000 à l'autre". Auteur se partageant entre stands Revue Pyrénéenne/MonHélios.
Loïc LE GUEN, "Les Racines de l'Artimon"
Damien LEMIÈRE, "Lescun tous azimuts" (nouveauté 2012, réimprimé en juin 2013).
Georges MARTY, "La traversée des Pyrénées au pas de l'âne"
Pierre-Emmanuel MICHEL et Samie LOUVE, "Oloron-Sainte-Marie la nuit" – les deux auteurs seront présents.
Mauricette PONS, "La Méridienne, traversée de la France en 80 étapes"
Thierry RABIER, "L'âne des Pyrénées, une terre, des hommes"
Pierre-Louis TAMBOISE, "Nouvelles en Lavedan"
Jean-Paul VALOIS (Bastides 64), "Les Bastides des Pyrénées-Atlantiques, hier et aujourd'hui".
Étienne VAUCHERET, "Ces dames de Béarn"
 
Et croyez-moi, ce ne sont pas des effets d'annonce… Ils seront bel et bien là… Reste juste à savoir quand ? Ouh là, que la questionest bonne… En fait chez MonHéios, c'est stand ouvert c'est-à-dire que chacun vient il veut, quand il peut, reste le temps qu'il veut. En aucun cas, la présence d'un auteur ne doit devenir une corvée, vécu comme une contrainte mais cela doit être du pur  plaisir. J'ai renoncé depuis longtemps à les discipliner mes loustics d'auteur (terme affectueux) car si on veut faire vraiment la fête, il faut que l'esprit festif soit là. Ceci étant, je comprends bien, amis lecteurs, que vous souhaiteriez peut-être faire coïncider votre venue avec la rencontre d'un de nos auteurs pour échanger vraiment avec lui… N'hésitez pas dans ce cas à me faire un petit mail (monhelios@wanadoo.fr)… Promis, je me rapproche du dit auteur et j'essaie de lui faire dire ce que je ne sais pas à l'heure où je vous fais cette lettre d'information pour l'immense majorité d'entre eux : c'est-à-dire les jours et heures de leur venue !
 
Curiosité : des auteurs 2014 viendront se présenter au restant de l'équipe et donc à vous. Attention, bizutage interdit et il est interdit de saliver d'envie  ! Jean LAMANÈTRE nous rejoindra pour un ouvrage à sortir en avril 2014 consacré à Ledormeur, Jacques BRAU pourra évoquer son ouvrage sur l'histoire des Pays de Nestes et du Comminges à sortir en mai 2014, Olivier HAUTIN et/ou Sébastien HUSTÉ vous parleront du port de Bayonne aux débouchés des Pyrénées, Gérard RAYNAUD vous fera partager une idée qui chemine lentement mais sûrement : la réédition des Carnets de Ramond pour octobre 2014, Dany BARRAUD qui nous a promis une visite s'arrêtera bien pour vous parler des Poilus de la Vallée d'Aspe. Enfin, peut-être que Patrick ESPEL qui attend l'édition de son topo-guide autour des cabanes béarnaises en juin 2014 nous rejoindra. Un beau programme éditorial en perspective pour 2014 et ainsi que vous le constatez, nous ne sommes pas adeptes du secret-défense, tant il est vrai que pour se développer dans la sérénité, une maison d'édition a besoin de bâtir ses projets, donc peut les affficher très tôt, et non raisonner au coup par coup voire dans la précipitation pour courir après des modes.
 
laugh Ceci dit, pour en savoir plus sur cette belle manifestation de "Pau Pyrénées fête le livre", n'hésitez à cliquer :
 
Pour venir vous rejoindre, nous vous conseillons vivement de vous garer sur la place de Verdun et d'emprunter la coxity (gratuite. Attention, elle ne fonctionne pas le dimanche). Départ toutes les 8-10 minutes  (voir plan des arrêts) : 
La coxity vous déposera bon pied bon oeil au Palais Beaumont, une dizaine de minutes après !
Ou d'utiliser le parking relais de l'Usine des Tramways à côté de la Gare, ensuite traverser le stade Tissié, monter par la passerelle jusqu'au boulevard des Pyrénées (dix minutes de marche environ) ou emprunter le funiculaire (attention, il est fermé le dimanche matin !) et longer le boulevard (un gros quart d'heure environ).
Ne vous gâchez le plaisir de venir jusqu'à nous en vous heurtant à des problèmes de stationnement en voulant vous garer au plus près ou en vous prenant une amende pour vous êtes mal garé ! Il y a certes un parking souterrain sous lePalais Beaumont, un parking qu'aucun auteur MonHélios n'utilisera pour garer sa voiture pour vous laisser à vous un maximum de place… mais il est petit de parking, il sera nécessairement trop petit puisque 15000 lecteurs sont attendus par les organisateurs.
Autres parkings souterrains à proximité : Clemenceau et Bosquet (à moins de 10 minutes), République (à moins de 15 minutes).

Horaires de la manifestation.
vendredi 8 : 16 h -21 h
samedi 9 : 10 h - 20 h
dimanche : 10 h - 18 h
Attention, tout le monde rentrera obligatoirement par le côté sud du Palais Beaumont (c'est-à-dire, côté Pyrénées, bassin d'eau - prolongement du boulevard).



cheeky Une bonne nouvelle. Ivan THOMAS, l'auteur d'"Ansabère un siècle de conquêtes" avec son frère Boris, qui a acquis une librairie à Oloron (la librairie Laügt 14, rue Louis-Barthou) – une librairie à connaître il va de soi par les lecteurs MonHélios –nous a informé il y a quelques jours que le site internet de la librairie était ouvert : 
http://www.librairie-laugt.com/
C'est bien. Les Pyrénées béarnaises ont leur librairie spécialiste des Pyrénées avec cette librairie qui, via son site, vous informera de toute l'actualité éditoriale. 
Les Pyrénées bigourdanes avaient depuis longtemps de leur côté Marc BESSON, "Auprès de Pyrène" avec lui aussi un site dédié aux Pyrénées : 

http://www.livres-posters-pyrenees.com/
Nul ne pourra plus dire avec ces deux professionnels à la pointe qu'il ne savait pas la parution d'un livre !


yes Dernier point. En juin dernier, nous vous disions que nous contacterions à l'automne le maire de Pierrefitte-Nestalas pour lui dire que MonHélios était prêt à contribuer pour l'aider à effacer les stigmates de la crue catastrophique dans sa vallée encore dans toutes les mémoires. L'imprimerie France-Quercy qui est le partenaire imprimeur de MonHélios depuis plus de 4 ans et qui oeuvre à la réalisation du programme éditorial s'est associée à la démarche. En septembre dernier c'est donc en tandem que nous avons contacté ce maire : une double main tendue. Voilà, ce maire sait aujourd'hui que nous sommes à sa disposition, s'il a une demande particulière en communication-édition, c'est naturel.

Prochaine lettre en fin d'année où nous vous ferons un bilan de cette année 2013 et nous vous présenterons plus en détail et de manière plus exhaustive les livres à paraître dans le premier semestre 2014.
En vous remerciant de votre attention.
Bien cordialement,

Les éditions MonHélios (une maison d'édition gourmande mais qui n'a pas de vrais livres de cuisine pyrénéenne dans son catalogue… A vos stylos, que diantre !)
Nos Pyrénées sont meurtries29/6/2013
Amis des Pyrénées bonjour,
 
La vallée des Gaves, cette si riante vallée du Lavedan et du Pays Toy a été ravagée par les flots de gaves devenus furieux. Une femme a péri à Pierrefitte-Nestalas, deux autres personnes dans la région. Des habitants ont tout perdu : leur maison, leurs biens, leurs souvenirs. La télévision nous a montré des paysages de désolation : Pierrefitte-Nestalas et ses rues éventrées, Luz-Saint-Sauveur, Barèges devenu un village fantôme, Cauterets. La nature s'est apaisée depuis. Aujourd'hui les hommes pansent les plaies, se sont retroussé les manches pour redonner figure humaine à leur village, à leur lieu de vie. Ils nettoient les rues, les maisons qui sont encore habitables, tentent de faire redémarrer l'économie. Les infrastructures routières ont souffert. Il faudra probablement des années avant d'effacer physiquement toutes les traces de cette crue des gaves mais elle restera à jamais gravée dans les esprits de ceux qui ont vécu ces terribles moments et pour nous qui sommes leurs amis.
 
Vous êtes lecteur MonHélios, français et étranger. Vous êtes environ 3000 à recevoir cette lettre d'information. De partout : d'ici et d'ailleurs. Ce qui nous unit, ce sont « nos » Pyrénées. Depuis notre premier livre nous disons que ces Pyrénées que nous aimons parcourir, c'est notre « terrain de jeu » mais nous expliquons qu'au-delà du décor il y a des hommes qui y vivent, que c'est un terroir riche en patrimoine, en découvertes, nous disons aussi l'histoire des Pyrénées et sommes obligés de constater malheureusement la répétition de ces drames déjà connus et identifiés… Sous la plume d’Henry Spont en 1914 dont nous avons réédité le texte majeur « Les Pyrénées, les stations pyrénéennes, la vie en haute montagne » nous trouvons cette terrible phrase : « Les jeunes ont encore présente à la mémoire la crue de 1897 qui dévasta les plaines de la Haute-Gascogne et submergea l’Isle-en-Dodon, et les traces sont encore visibles du désastre causé en juillet de la même année par le Bastan, qui, après avoir enlevé une partie des maisons de Barèges, emporta 5 kilomètres de route et menaça Luz. » Ainsi, ce gave s'est-il déjà rendu coupable de tels débordements dans un passé pas si lointain. Nous avons voulu l'oublier. Quel rappel à l'ordre !
 
MonHélios est une maison d'édition d’esprit très indépendant qui ne fréquente donc pas les couloirs des institutions : elle connaît mal les élus mais il se trouve qu'elle connaît bien celui de Pierrefitte-Nestalas pour participer depuis qu'il existe au salon du livre de cette bourgade aujourd'hui sinistrée. Dans son parcours de vie, ce maire, historien de formation, a travaillé à la médiathèque départementale des Hautes-Pyrénées. C'est un ami du livre, un monde qu'il connaît bien. À notre échelle de petite maison d'édition, que pouvons-nous apporter aujourd'hui à sa commune, à sa vallée ? À la fin de l'été, quand les vrais bilans seront faits, quand les premières urgences auront été réglées, MonHélios prendra contact avec ce maire pour lui dire modestement que si sa bibliothèque ou si des équipements culturels de ce type dans les environs ont pris l'eau et que les collections ont été perdues, MonHélios avec la permission de ses auteurs donnera les livres de son catalogue qui les intéressent pour les aider à reconstituer leurs fonds. Ce sera tout naturel même si ce geste sera au final bien dérisoire.
 
Ce qui fait vraiment bizarre en faisant cette lettre d'information qui était programmée comme un rendez-vous depuis longtemps pour vous faire un bilan des cinq livres sortis au cours de ce premier semestre et vous annoncer les cinq qui termineront l'année, c'est la caisse de résonance que prennent tout à coup certains titres. Alors que nous voulions nous réjouir du succès des livres sortis, de leurs belles rencontres avec les lecteurs, nos livres semblent aujourd’hui s’inscrire dans un contexte totalement irréaliste dans leur titre ou dans leur propos.
Ainsi, « Échappées belles sur le Tour de France dans les Pyrénées » où les plus belles photos de Fernand Fourcade (préface de Miguel Indurain, textes de Christian Laborde) ont été prises dans le col du Tourmalet, col mythique emprunté régulièrement par la Grande Boucle : sur son versant ouest, ce col est aujourd'hui inaccessible car il n'y a tout simplement, et malheureusement, plus de route d'accès côté Barèges.
Offert quelques jours auparavant aux organisateurs du Tour de France de passage dans les Hautes-Pyrénées et à Clovis Cornillac qui faisait la promotion de son film, servi par une exposition à Pau à la Cité des Pyrénées du 8 juillet au 27 septembre (voir ici pour en savoir plus http://www.monhelios.com/?fond=dossier&id_dossier=1 ), ce livre de Fernand Fourcade est un véritable coup de cœur éditorial : ces photos transpirent de générosité. Ces photos disent la magie du Tour, cette popularité qui fait que juillet est un mois à part dans l’année, qui fait des Pyrénées, une terre d'exploits, une terre de légende de la Grande Boucle, une carte postale grandeur et pleine nature aux paysages magnifiés.
 
Que dire à propos de l'ouvrage d'Émilien Frossard, tout juste sorti, intitulé « Tableau pittoresque des Pyrénées françaises : vallées du Lavedan, de Barèges et Gavarnie » ? Un énorme travail pour redonner vie et de manière soignée à un livre qui raconte, qui explique les charmes et la douceur de vivre dans cette belle vallée des Gaves aujourd'hui sans dessus dessous.
Enfin, « Grandes tragédies et dénouements heureux dans les Pyrénées », titre de l'ouvrage de Marcel Pérès, sorti mi-avril, rend étrange la démarche de son auteur eu égard à l'actualité. Ce livre qui met en avant les secouristes professionnels, qui les fait se raconter, qui se déroule en zone montagne prend une drôle de dimension avec ce qui vient de se passer là, maintenant, dans la plaine avec cette montagne qui s'est littéralement déversée en bas.
 
Les deux autres titres sortis en ce premier semestre n'ont heureusement aucune prise avec ce contexte douloureux et apparaissent comme une vraie respiration. « Un mois sous la tente » de Louis Le Bondidier, préfacé par Gérard Raynaud, vous fera marcher dans les montagnes du côté de Luchon. Un livre plein d'humour, un grand bol d'air pur. Un livre à lire pour son contenu ou à étudier presque comme un topo-guide pour marcher dans les pas du fondateur du Musée Pyrénéen de Lourdes. Dernier titre publié qui est une reprise d'un titre déjà paru chez MonHélios : « La Guerre en vallée d'Aspe et la bataille de Lescun » relatant un fait du début des guerres d'Espagne.
 
Rapidement un petit tour d'horizon sur les cinq titres à venir : nous les développerons dans notre prochaine lette d'information. Mi-octobre, un livre de photographies, fort et beau, un livre ambassadeur, où Michel Dieuzaide se fait le chantre des Hautes-Pyrénées (vraiment un hasard de calendrier). Tous les jours depuis vingt ans, en ouvrant les volets de sa maison, au sud, Michel Dieuzaide admire et photographie sans se lasser la chaîne des Pyrénées. À l'est le Pic du Midi de Bigorre, à l'ouest le Montaigu… « De la maison !… » Une sélection d'une cinquantaine de clichés tous plus beaux les uns que les autres, magnifiant ce territoire des Hautes-Pyrénées en en montrant toutes les atmosphères, les couleurs, les lumières. Un livre que nous ne voulons pas commun dans sa réalisation car il est hors du commun.
 
En novembre, changement radical de décor avec quatre livres bien différents les uns des autres : un roman avec Pierre Castillou se déroulant en Aragon et racontant l'histoire de « Sasé, village abandonné »… mais est-ce tout à fait un roman en réalité ou un témoignage ? Restons de l'autre côté de la frontière avec Luis Lera qui raconte son ami François Mazou, un Oloronais devenu brigadiste pendant la Guerre d'Espagne et qui, tout au long de sa vie, resta vigilant et engagé : « Guerre d'Espagne, Seconde Guerre mondiale : François Mazou ou l'engagement d'un Béarnais pacifiste ». Poursuivant son exploration de l'histoire des Pyrénées au tournant des XVIIIe et XIXe siècles, Jean-Paul Grao s'est intéressé à un homme de science qui a beaucoup donné aux Pyrénées, Henri Reboul, né à Pézenas (« Henri Reboul, l'aube du pyrénéisme »). Enfin, ce sujet nous intéressait depuis très longtemps mais sans auteur il est une fois de plus prouvé qu'une maison d'édition ne peut pas faire grand-chose, Régine Péhau-Gerbet s'est passionnée depuis longtemps pour le Transpyrénéen, cette ligne internationale Pau-Canfranc construite dans le premier quart du XXe siècle, aux constructions de génie civil peu banales et titanesques. C'est toute la vie de ces constructeurs que cette historienne nous décrit étayant son propos par des témoignages recueillis en Vallée d'Aspe ou par des documents d'archives mais aussi et surtout en recourant à une source inattendue et explicite : les cartes postales, une richesse documentaire tant les photographes de l'époque avaient le souci de rapporter par l'image des faits mais aussi de montrer la condition de vie des hommes (« Le transpyrénéen en vallée d'Aspe : une construction et des hommes »). Si vous voulez en savoir plus sur ces titres à venir : rendez-vous sur le site internet de MonHélios, ici…
en descendant avec votre souris…
 
Enfin, vous donner dès à présent trois rendez-vous où vous pourrez nous retrouver : le samedi 21 septembre à Argelès-Gazost au Parc thermal à l'invitation de l'Office du Tourisme et de la Société d'études des Sept Vallées ; les 12 et 13 octobre au salon du livre d'Orthez qui fêtera sa vingtième édition (déjà !) et enfin, c'est notre fête à nous car c'est l'occasion de se voir tous, le staff MonHélios, à cette belle manifestation, rendez-vous à « Pau-Pyrénées fête le livre » qui aura lieu cette année au Palais Beaumont les 8-9 et 10 novembre. Merci de noter ces dates sur votre agenda !
 
Mais avant tout cela, nous invitons cordialement tous ceux qui sont sur Pau ou passent par Pau cet été, à venir voir l’exposition photographique de Fernand Fourcade sur le « Vélo dans les Pyrénées » et, si vous nous faites l’amitié de venir ce soir-là, nous serons, les organisateurs, Fernand Fourcade et moi-même, franchement heureux de vous accueillir le 12 juillet à 18 h lors de l’inauguration (présence de Christian Laborde qui, avec son batteur Francis Lassus, donnera un extrait de son spectacle « Vélociférations »). Tout l’été, dans ce nouveau cadre de la Cité des Pyrénées, Fernand Fourcade fait un superbe cadeau aux amoureux du vélo en offrant cette exposition de ses photos à laquelle il a rajouté des photos anciennes de sa collection. Merci Fernand ! Et que vive le livre !
 
Bon été à tous... en espérant que le soleil enfin retrouvé ne nous fasse plus trop défaut. On a besoin de lumière ! Nouvelle lettre d'information vers fin septembre…
Merci de votre attention.
Bien à vous,
 
DT pour les éditions MonHélios.
 
Des titres prometteurs !22/2/2013
Amis lecteurs bonjour,
 
La dernière lettre d'information que je vous ai adressée m'a valu quelques retours bien sympathiques et beaucoup d'encouragements. Merci, vraiment un grand merci. Est-ce cela qui semble doper MonHélios en ce premier semestre ? Peut-être, après tout. En tout cas, ceux qui m'ont gentiment reproché d'être une incorrigible modeste vont au terme de cette lettre se demander quelle mouche m'a piqué pour montrer autant d'ambitions et sembler avoir des dents à rayer le parquet ! Bon, n'y revenons plus après, je ne me cache pas mais il y a bien plus important que moi chez MonHélios : les auteurs et vous. Je vous l'affirme en toute sincérité. La vie elle est là. Moi je suis interchangeable, tout du moins je l'espère. Il ne faut pas personnaliser un résultat, une entreprise. Non je ne suis pas modeste, ou pire je ne joue pas à la fausse modeste, je fais mon travail de mon mieux mais j'ai un objectif, parvenir à la vraie réalité de tout cela : que cette petite maison d'édition perdure quand je n'y serai plus. L'âge de la retraite venue, j'arrêterai : il ne faut pas faire des années de trop. J'espère alors trouver un (ou une) successeur qui reprendra le flambeau, avec énergie, et enthousiasme. MonHélios évoluera alors : ce sera nécessairement différent, la personnalité ne sera pas la même, il y aura d'autres idées, un autre dynamisme, une autre modernité, je veillerai juste à ce que cet éditeur partage le plus possible ma philosophie du métier, ce qui me permettra de regarder vivre cette maison d'édition avec une certaine fierté sur ce qui a été fait. Aussi assez parlé à "je", qui ne présente pas grand intérêt et tournons-nous vers les livres à venir.

 
Pour commencer, petite mise en bouche en... 448 pages, un livre consacré au secours en montagne : Grandes tragédies et dénouements heureux dans les Pyrénées de Marcel Pérès, ouvrage consacré aux secouristes professionnels qui, jour et nuit, été comme hiver, par tous les temps, parfois au péril de leur vie, viennent sortir d'un mauvais pas un randonneur, un skieur, etc. 
Un petit clic valant mieux qu'un long discours, ceux qui le souhaitent en savoir plus, trouveront en allant ici plus de renseignements ainsi que la table des matières à télécharger :
Ce livre devait sortir en novembre, nous avons préféré nous accorder un peu de temps pour le terminer tranquillement et lui donner toute sa noblesse. Pour nous faire "pardonner" ce retard, une souscription est ouverte pour cet ouvrage qui sortira le 19 avril prochain. Si cela vous intéresse, le bulletin de souscription qui se trouve sur le site internet (onglet souscription, à gauche).
Sortie le 19 avril. Prix à parution : 35 euros.
 
Si la montagne a ses dangers et si parfois elle peut mettre en difficulté même les plus aguerris d'entre nous, que cela ne nous empêche pas de faire notre sac à dos, de nous chausser correctement et de partir crapahuter. Et pourquoi pas marcher dans les pas de Le Bondidier (attention c'est tout de même sportif comme rando !) ? Voici un an, Gérard Raynaud, que je soupçonne fort d'avoir toujours son sac à dos prêt dans la voiture, m'a suggéré de rééditer Un mois sous la tente. "Un de mes textes favoris", m'a-t-il dit, "un texte que j'aime lire et relire". Oh, que je vous comprends M. Raynaud, c'est un texte qui respire les Pyrénées, écrit avec brio et humour, un texte fort, simple, dans l'instant, un texte rare. Voilà comment de lecteur gourmand, on se retrouve embrigader à devoir rédiger une préface… "Ça mijote, ça mijote" me dit M. Raynaud qui nous prépare aussi des cartes pour que nous puissions bien visualiser le parcours de Le Bondidier. Au final un texte remis sous les yeux de tous (publié au début du XXe siècle à… 200 exemplaires) mais aussi somme tout inédit puisqu'assorti d'une iconographie jamais publiée in situ puisque nous allons intégrer en même temps les photos-cartes postales réalisées par Le Bondidier à l'époque. Merci à Le Bondidier pour ce texte et un grand merci et un amical clin d'œil à M. Raynaud de nous faire découvrir ce texte savoureux !
Sortie de l'ouvrage le 24 mai. Prix 18 euros. Ouvrage pouvant être réservé (gratuité des frais de port).
 
Puisque je parle de préfacier qui cisèle leur texte, Bertrand Gibert lui a trempé, depuis quelque temps, sa plume dans son encrier pour nous faire une présentation d'Émilien Frossard et évoquer son œuvre majeure : Tableau pittoresque des Pyrénées françaises : vallées du Lavedan, de Barèges et de Gavarnie, autrement le "Petit Frossard". MonHélios avait ce projet d'édition depuis plus d'un an… sans oser se lancer car si on fait, il faut bien le faire. Et bien le faire, c'est faire ce qu'il faut. Oh non pas chercher à faire du haut de gamme, mais à faire de la bonne tambouille… Quelque chose qui a de l'allure, qui soit digne, respectueuse de l'artiste Émilien Frossard qui a contrecollé des magnifiques aquarelles dans chaque exemplaire, respectueuse aussi de M. Gibert qui veut bien nous faire une présentation de ce joyau de la littérature pyrénéenne.
La souscription, qui est lancée sur ce titre où nous souhaitons réunir 200 lecteurs (nous avons dépassé la trentaine à ce jour), nous permettra d'oser aller jusqu'au bout et de signer le bon de commande à l'imprimeur. Comme il n'est pas question de "sortir pour sortir", nous préférons tenir le langage de la prudence (qui est mère de sûreté dit-on !).
Sortie de l'ouvrage le 21 juin. Prix à parution : 25 euros.
Bulletin de souscription sur le site internet (onglet souscription, à gauche).
 
Quelques mots sur la Guerre dans la vallé d'Aspe et la Bataille de Lescun du lieutenant Schmuckel. C'est un titre que MonHélios a déjà sorti… et qui ressort avec une autre couverture (je me suis lassée de la première !). Ça fait plaisir de réimprimer les livres quand ils sont épuisés, vous savez… et même cela fait parfois du bien : je vais enfin pouvoir corriger une borne "militaire" (sic !) en lui redonnant sa vraie vocation de borne "milliaire". Ah ces coquilles qui vous font sourire, vous, les lecteurs mais qui me font grincer des dents !!!!
Sortie de l'ouvrage le 21 juin. Prix : 15 euros.  Ouvrage pouvant être réservé (gratuité des frais de port).
 
Enfin on sera toujours le 21 juin jour de l'été, Belles échappées sur le Tour de France dans les Pyrénées de Fernand Fourcade, le titre phare de MonHélios 2013. Titre inattendu, un titre coup de cœur, un titre porté avec enthousiaste par son auteur qui m'a mis ce défi-challenge entre les mains : éditer et faire vivre un livre photos sur le Tour de France dans les Pyrénées : "à sortir d'urgence avant juillet car ce sera le centième Tour de France" a plaidé Fernand Fourcade, son auteur… il y a quelques jours à peine ! "Oui, oui… cher Fernand, mais je suis une petite maison d'édition et vous arrivez certes avec un titre pyrénéen, mais c'est un titre qui aura naturellement un destin national. Je crains le tourbillon médiatique, moi. Je ne suis pas taillée pour ça, je sors de ma catégorie, je risque de ne pas réussir à faire reconnaître votre travail". Arguments non recevables pour cet auteur qui persiste à vouloir MonHélios comme éditeur… Les chevilles de MonHélios n'enfleront pas pour autant, soyez-en certains, par contre, on va se prendre un sacré tour de cuisse… petit plateau, et en avant pour se grimper ce Tourmalet de l'édition ! Ce livre ravira les amoureux de la Grande Boucle. Les photos sont tout simplement très "Tour de France", cela va être un régal de mettre ce livre en pages. 
Préface de Miguel Indurain, légendes de Christian Laborde. Excusez du peu !
Deux présentations pour ce livre : reliée à 25 euros ou brochée avec couv. à rabats à 20 euros. L'édition reliée sera limitée à 1000 exemplaires : il est donc prudent de réserver pour ceux qui souhaiteraient acquérir ce livre sous cette forme. Dédicace possible de l'auteur pour ceux qui le voudraient pour toute réservation faite avant le 5 juin. Sortie le 21 juin.
 
 
 
Voilà, la marmotte que je suis, qui aime passer l'hiver au chaud, a passé le mois de janvier à vitupérer après la pluie. Ne pouvant rien faire d'autre, alors j'ai travaillé assidûment… MonHélios c'est ainsi que l'on s'appelle (Hélios, dieu grec du soleil !)… pas MonHyétos (dieu grec de la pluie) !
 
En vous disant à bientôt, c'est-à-dire vers fin mai- début juin pour vous parler de la seconde partie de l'année.
Bien cordialement à tous,
 
Danièle Thomas.
 
 
Un petit PS : il y a une jeune écrivain pyrénéenne prénommée Laurine qui a été sélectionnée avec cinq autres candidats pour le prix du Jeune Écrivain. Elle a écrit une nouvelle intitulée Un passage et sera publiée prochainement par Buchet Chastel. Lisez... et votez !
Bilan d'une année éditoriale (2012)6/12/2012
 

L'année éditoriale tire à sa fin. Pour MonHélios, ce fut un grand cru : le cru de ses 10 ans. De grosses satisfactions éditoriales car avant tout de belles rencontres humaines avec des auteurs qui apportent leur pierre à l'édifice de la connaissance pyrénéenne avec sincérité, sérieux et passion.
Rappelons les titres sortis au printemps dernier :
Lescun tous azimuts de Jean Lacazette et Damien Lemière, un topo-guide qui a pour ambition de vous faire sillonner à partir d'un point, le village de Lescun en vallée d'Aspe (120 randonnées du promeneur au montagnard), et vous faire donner les grandes clés de compréhension du paysage. Un livre salué à sa sortie par les Aspois en premier, les randonneurs, et plus largement les connaisseurs des Pyrénées, ensuite. Maillot jaune (sans EPO) des ventes pour MonHélios en 2012 : voilà deux auteurs justement récompensés d'avoir travaillé, sans compter leurs heures, à l'élaboration de ce guide, faisant « tester et approuver » par leurs amis les randonnées décrites avant publication.
Rando-pêche dans 54 lacs des Pyrénées centrales de Jacques Tambon, enfin un topo-guide qui ravira les pêcheurs entre Ariège et Hautes-Pyrénées avec un auteur fidèle à MonHélios (c'est notre 4e livre ensemble), grand pêcheur devant l'Éternel et qui en profite pour raconter quelques anecdotes savoureuses. Garantie : Jacques Tambon est Pyrénéen pur souche… pas Marseillais !
La Traversée des Pyrénées au pas de l'âne de Georges Marty, un topo-guide à la démarche singulière destiné à vous faire franchir le pas. Pas envie de vous trimballer un lourd sac à dos, volonté de vous organiser des étapes en suivant les sentiers balisés, bref marcher dans les Pyrénées à votre rythme, sans chercher l'exploit ? Alors la solution s'appelle « louer un âne », ce qu'a fait Georges et trois amis. Le challenge : aller d'Hendaye à Banyuls… 48 étapes plus tard, au pas de l'âne, cela fut fait. L'itinéraire suivi par les 4 hommes est expliqué comme un topo-guide classique (carte, temps réalisé, dénivelée, explications utiles), le tout suivi du carnet de route... d'Argui-Beltz, l'ânesse derrière qui Georges Marty se cache pour dire un immense merci à cet animal aux grandes oreilles qu'il ne connaissait pas avant de partir et dont il a appris à estimer toutes les qualités chemin faisant.
Les Pyrénées, d'un 3000 à l'autre, de Florian Jacqueminet, topo-guide pour ceux qui ont envie d'altitude en parcourant les 3000 et en bivouaquant en altitude. 2e édition pour ce guide devenu en quelques années un incontournable, édition retouchée par-ci par-là par l'auteur suite à des échanges avec des lecteurs ou parce que, réflexion faite, un autre point de passage lui paraît plus beau, plus sauvage, plus à faire encore que l'autre.
• Enfin deux autres titres ont clôturé le premier semestre 2012 : L'Aneto et les hommes de Jean Escudier, le livre de référence pour connaître l'histoire du plus haut sommet des Pyrénées, ouvrage devenu un classique de la littérature pyrénéenne dès sa sortie, édité et réédité sans cesse en Espagne, et indisponible en France depuis trop longtemps ! MonHélios continue donc son travail entrepris voici dix ans de rapprochement avec les familles des Pyrénéistes (famille Cadier, famille Meillon, aujourd'hui famille Escudier) dont les noms brillent au firmament des Pyrénées sans que le lecteur nouveau venu arrive facilement à comprendre le sens de cet engouement car les œuvres à connaître n'étaient plus disponibles. Exercice d'érudition s'il en est, extrêmement bien écrit et très lisible, L'Aneto et les hommes de Jean Escudier était un projet de réédition qui tenait à cœur de MonHélios. Merci à Mme Jean Escudier et à ses 4 enfants de nous avoir autorisés et aidés à le mener à son terme. Enfin, là aussi, merci aux enfants d'André Eygun de nous avoir permis de réimprimer le très beau Peuple d'Aspe, un des premiers titres parus chez MonHélios. On ne peut pas évoquer l'homme André Eygun sans émotion et ce qu'il dit de sa vallée sonne comme la pureté du cristal.
La deuxième partie d'année 2012 est bien différente… tout en poésie, en lecture pour les longues soirées d'hiver.
• Le photographe Pierre-Emmanuel Michel vous fera tout de même sortir, le soir qui plus est, pour découvrir les rues et les façades d'Oloron-Sainte-Marie, la nuit. Tiens, donc… comment ça, vous ne vous étiez jamais attardé dans cette ville ? Vous n'avez jamais su voir ce que ce photographe vous montre ? Plus qu'un beau-livre, c'est un livre beau car il a une âme, où les courts textes poétiques de Samie Louve se fondent dans les images qu'ils révèlent. Une grande satisfaction de MonHélios d'avoir signé cet ouvrage inattendu et intemporel tout en étant dans une démarche de vie et de présentation d'une cité béarnaise, la première à avoir reçu le label « Art et histoire ». Pour déambuler dans les rues d'Oloron, non pas regard au sol, mais nez en l'air !
• Rien de tel qu'une randonnée pour creuser l'appétit ! Grâce à Florian Jacqueminet, découvreur du tapuscrit, MonHélios peut vous mettre sous les yeux, un petit chef-d'œuvre inédit d'humour et de savoir-vivre (c'est-à-dire de bien manger) du fondateur du Musée Pyrénéen de Lourdes, Louis Le Bondidier, qui se targue de faire partie du « Club des 100 kilos ». Marcher, oui, et sans problème, pour ce montagnard… mais quand vient l'heure du repas, c'est sacré ! Alors que mange-t-on, et comment, à 2000 m d'altitude ? Réponses en lisant la Gastronomie pyrénéiste de Louis Le Bondidier, ouvrage qui bénéfice d'un avant-propos truculent, et combien riche, de M. Jean-Victor Parant, « cuistot » des camps du Groupe des Jeunes d'Arlaud , doyen des Pyrénéistes actuels et qui nous a fait l'immense honneur de nous raconter quelques souvenirs de… cuisine !
• Un roman ensuite de Robert Villanua, La voix cassée, un roman que portait en lui depuis longtemps l'auteur d'Amik pour toujours, son précédent livre, sans arriver à mettre les vrais mots dessus, sans arriver à coucher sur le papier l'histoire imaginée. Un jeune garçon décide d'ouvrir son journal, son enfance ressurgit marquée par une actualité dont il n'arrive pas à se sortir. Des mots sont mis pour espérer devenir enfin adulte. Un secret à révéler qui pèse lourd et dont le lecteur ne sort pas indemne.
• Pour terminer cette année éditoriale riche, Ces dames de Béarn d'Étienne Vaucheret. Eh oui, que serait le Béarn sans les femmes ? La question mérite d'être posée. L'histoire recèle de grands noms politiques, la littérature également. Exercice de style pour cet ancien professeur de Lettres de l'Université de Pau et des Pays de l'Adour qui conjugue donc au féminin l'histoire du Béarn en évoquant quelques figures qui sont une des richesses culturelles de ce territoire.
 
L'année s'est achevée à « Pau-Pyrénées fête le livre », les 23-25 novembre derniers. Un vrai moment de liesse pour MonHélios et ses auteurs. Un moment attendu par nous toute l'année car nous aimons nous retrouver et vous retrouver pour ceux qui peuvent venir jusqu'à nous. Cette année encore plus que jamais car les organisateurs – la Communauté d'agglomération de Pau-Pyrénées qui met à contribution le personnel de ses médiathèques emmené par Frédérique Dutilleul en charge du dossier – avaient décidé de vous faire découvrir la toute nouvelle médiathèque de l'agglomération (médiathèque André-Labarrère) mais aussi avaient souhaité que soit mis l'accent sur les livres consacrés aux Pyrénées en prélude à l'ouverture de la Cité des Pyrénées dans ses prochains mois. Un coup de projecteur sur l'édition régionale et locale donc de ce fait. Chez MonHélios, nous avons été heureux de relever le challenge et d'être mis à contribution.
 
Voilà, voilà... bien entendu nous pensons déjà aux livres de l'année prochaine... Un petit peu de patience. Bientôt vous verrez apparaître sur le site Internet à paiement sécurisé de la maison d'édition (www.monhelios.com), la première partie de l'année éditoriale 2013, qui se veut différente que 2012. Surtout ne pas se répéter : il y a tellement à dire sur nos Pyrénées qui sont aussi les vôtres !
Prochaine lettre d'information vers mars-avril 2013... c'est que nous avons à travailler dur pour avoir quelque chose (que nous jugeons intéressant !) à vous dire !

www.monhelios.com est né !1/6/2012



Amis des Pyrénées et amis des livres bonjour,


Il est là. Il est enfin opérationnel.
Longtemps annoncé et jamais là. Attendu par certains d'entre vous.
Un vrai serpent de mer. Une illusion ! Une chimère... une construction purement imaginaire dont la réalisation et la finition semblaient, a priori, hors de notre portée. C'est du nouveau site de MonHélios dont il est question !
Ah c'est peu dire que la maison d'édition a peiné pour trouver le (vrai) professionnel capable de lui faire ce site. David Esquerra est le webmaster qui nous l'a conçu ! De la compétence il en a à revendre ! Du sérieux aussi. Attentif à nos demandes, se mettant en quatre pour remplir le cahier des charges. David Esquerra nous avait été recommandé : à notre tour nous pouvons vous le recommander sans craindre de nous discréditer au passage ! Vive lui !

Nous voulions un nouveau site internet, mais pas n'importe quoi. Nous voulions que le webmaster nous imagine le cadre, nous forme, nous lâche ensuite dans la nature pour qu'on se le fasse au quotidien nous-mêmes : pas par personne interposée. Sans filtre !
Nous voulions quelque chose de sympa, qui soit nous et pas une reprise d'idées piquées chez les autres : on préfère être copié (c'est déjà fait !) que copier. Surtout avoir un site qui ne soit pas ostentatoire, mais quelque chose de simple, de bon goût, hors mode. Quelque chose qui soit le reflet de MonHélios. Mais c'est quoi un site sympa ? Et quelle est l'image de MonHélios ? Vous qui recevez cette lettre d'information pouvez peut-être nous le dire (et nous vous invitons à nouer le dialogue avec nous en réagissant, pour ceux qui le voudraient, à cette lettre d'information ou au site). C'est vrai, nous osons espérer que nous sommes perçus comme une petite maison d'édition sérieuse, produisant des livres ayant une certaine qualité (ou une qualité certaine), conçus et imaginés dans le respect des lecteurs que vous êtes. Nos auteurs sont des femmes et des hommes qui ont eu envie de transmettre leur savoir, leur imaginaire ou leur passion. Mais surtout ils ont eu envie de partager avec vous, lecteurs. Et à partir de là de valoriser un territoire, le territoire naturel de MonHélios : les Pyrénées.

Alors, nous nous devons d'être à la hauteur de notre ambition ! "MonHélios, les Pyrénées ont leur éditeur" ! Même s'il faut sourire de ce slogan car nous sommes en réalité, en taille plus que très modeste, et philosophiquement nous pratiquons aussi la modestie (pas feinte, ni fausse, bien réelle... ce serait même un reproche qu'on nous ferait !). Un compliment nous fait plaisir mais ne nous fait pas enfler les chevilles, ni la tête ! C'est ainsi, nous sommes bien dans notre peau, conscients de nos possibilités mais aussi de nos limites. Ceci dit, scrogneugneu de scrogneugneu, il faut pourtant l'honorer et le porter haut ce slogan dont nous nous sommes nous-mêmes affublés ! Nous assumons donc cette prétention, mais c'est bien la seule que vous trouverez !

Voilà pourquoi ce site nous est personnel. Nous ne voulions pas un site marchand comme le fait généralement une maison d'édition lambda : vendre est certes une nécessité pour continuer et poursuivre notre route (ou notre destinée) mais ce n'est pas notre seul but. Nous voulions un site qui nous ressemble. Un site d'échange. Un site de communication. Un site de partage.

Certains nous ont dit : "bah, les internautes ne liront pas les bla-bla, c'est trop long, personne ne prend plus le temps". Eh bien nous, nous pensons que nos lecteurs, au contraire, prendront le temps, que vous êtes demandeurs de percevoir l'envers du décor, soucieux de comprendre comment se fait un livre, ce que nous sommes, comment nous faisons, qui se cache derrière un nom. Nous pensons aussi que vous pouvez avoir des questions à poser à l'auteur d'un livre que vous avez acquis, que vous puissiez avoir envie d'en savoir plus. Pourquoi vous empêcher de dialoguer avec lui ? La maison d'édition ne craint pas ses auteurs, et les auteurs ne craignent pas leurs lecteurs : pourquoi interdire le dialogue ? Liberté de parole aux auteurs et à vous lecteurs ! Bref ce site existe et a été conçu pour tisser des liens. Entre vous et la maison d'édition, entre vous et les auteurs qui permettent une communication directe (ou via MonHélios quand ce n'est pas possible). Voilà, la balle vous est lancée. Nous avons pensé que certains d'entre vous voudraient participer, devenir ainsi plus implicitement acteurs de la maison d'édition, initiateurs, porteurs d'idée. En cela oui, le site MonHélios n'est pas banal et nous sommes tout prêts à dire que ce site vous appartient.

Dans ce site, vous trouverez une rubrique "actualités", que nous mettrons à jour au fur et à mesure des événements. Seront présentées les manifestations auxquelles nous participons directement qui sont autant de rendez-vous que nous vous lançons. Seront aussi présentées les actualités de nos auteurs en lien avec les Pyrénées (et pas forcément liés avec un livre MonHélios) : ce sera en fait un peu une tribune ouverte à tous.

Autre rubrique très personnelle, très MonHélios devrons-nous dire... les coups de cœur. Pas classique cette rubrique, fait en toute indépendance, au gré de l'humeur mais aussi des clins d'œil où nous chercherons à valoriser ceux qui nous tendent la main, ceux qui sont dans notre paysage et qui nous aident ou nous font participer, ceux que nous aimons bien parce qu'ils font ou disent des choses qui nous intéressent. Des femmes, des hommes de passion... comme par hasard... ce ne peut qu'être ainsi. Des coups de gueule aussi : ça soulage !… même si cela ne fait pas avancer !

Voilà, vous trouverez aussi, bien entendu, tout le catalogue avec pour chaque titre le détail : le contenu des livres (les fameuses quatrièmes pages de couverture), un extrait à télécharger (souvent la table des matières ou quelques pages vous donnant idée du contenu). Quelques renseignements sur l'auteur. Que vous mettiez un visage sur un nom aussi nous est apparu sympa. Pour certains d'entre eux, vous pourrez l'écouter vous parler de son livre grâce à la complicité bienveillante de notre amie Anne, animatrice radio, qui nous a réalisé l'interview. Regardez, sur les affiches de cinéma, c'est l'acteur qui importe, c'est son nom que l'on retient, c'est le contenu du film que l'on apprécie. Alors sur le site internet de MonHélios, place à ceux qui font les livres : place aux auteurs ! Ils sont MonHélios.

Bonne découverte. Et à bientôt.

                                                   Les éditions MonHélios


Nous ne vous envahirons pas de lettre d'information. Trois ou quatre fois par an au grand maximum, nous nous autoriserons ainsi à vous contacter. Nous le ferons en fait quand il nous semblera que nous avons quelque chose à vous dire, pour papoter avec vous quelques instants de notre quotidien, pour vous faire partager quelques informations.
Si cette lettre d'information vous a importuné, nous vous présentons nos excuses. Pour que cela ne se reproduise plus, faites-nous juste un retour de mail, nous comprendrons et nous vous effacerons de notre base de données.
Ce carnet d'adresses nous est strictement personnel. Nous ne le communiquons pas. Par contre, peut-être pouvez-vous nous aider à l'étoffer en nous faisant connaître auprès de vos amis ?
Merci de votre attention.

 


chequeatos Mentions légales Conditions de vente-Engagement-Expédition
Copyright © ALD2I